A la suite des nouvelles révélations de Mediapart, François de Rugy se doutait que son temps était compté. Face aux nombreuses polémiques, il a annoncé sa démission ce mardi 16 juillet.
AFP

Un départ "inéluctable". Diîners fastueux, impôts non payés... Après une semaine de polémiques, François de Rugy n’a pas eu d’autre choix que de démissionner. Pourtant, ce week-end, le sommet de l’Etat semblait espérer que le début des vacances ou encore les heurts survenus aux Champs-Elysées allaient pouvoir chasser cette fâcheuse actualité, rapporte Le Parisien.  Il n’en sera rien. Les révélations de Mediapart ont eu raison du désormais ancien ministre de l’Ecologie.

François de Rugy : "Quand il s'est levé mardi matin, il savait que c'était terminé"

Lorsque Mediapart a téléphoné à François de Rugy lundi, vers 22 heures, il a su que son poste de ministre touchait à sa fin. Le journal voulait en effet obtenir des réponses sur l'utilisation de son indemnité représentative de frais de mandat.

"Quand il s'est levé mardi matin, il savait que c'était terminé", dévoile d’ailleurs un proche du désormais ex-ministre de l'Écologie.

C’est pourquoi lors de sa rencontre avec le Premier ministre, prévue ce mardi à 10h30, Rugy, "incapable de justifier ses frais de mandat" selon Médiapart, a immédiatement décidé d'en parler et de lui remettre sa démission. Édouard Philippe en a alors aussitôt pris acte, tout comme le chef de l'Etat depuis la Serbie.

Dans son communiqué, François de Rugy déclare : "les attaques et le lynchage médiatique dont ma famille fait l'objet me conduisent aujourd'hui à prendre le recul nécessaire", relate l'AFP. Et d'ajouter : "La mobilisation nécessaire pour me défendre fait que je ne suis pas en mesure d'assumer la mission que m'ont confiée le président de la République et le Premier ministre. Dès lors, j'ai présenté ma démission au Premier ministre ce matin". Il a par ailleurs annoncé avoir "déposé (mardi) matin une plainte pénale en diffamation" par la voix du bâtonnier Pierre-Olivier Sur et de Me Mathias Chichportich.

Le site d'information indépendant a quant à lui estimé auprès de l’AFP que "l’information a été plus forte que la communication". Le journal assure qu’il "s’apprêtait à publier cette nouvelle enquête sur l’utilisation de ses frais professionnels en tant que député ". Fait qui aurait poussé François de Rugy à la démission.

Vidéo : François de Rugy : nouvelles révélations sur sa situation fiscale

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.