Fort de Brégançon : anecdotes et secrets de la résidence d’été des présidentsAFP
De De Gaulle à Hollande en passant par Chirac et Pompidou, tous les présidents de la Ve République ont séjourné au moins une nuit au Fort de Brégançon, la résidence varoise mise à leur disposition pendant leurs congés. Un lieu riche en petites histoires...
Sommaire

VGE y a humilié Jacques Chirac

En 1976, Valéry Giscard d’Estaing a séjourné au Fort de Brégançon pour les vacances. L’ancien président en avait alors profité pour inviter celui qui était son Premier ministre, Jacques Chirac. Une invitation que ce dernier a acceptée, mais qu’il a ensuite regrettée. En effet, cet été-là VGE a humilié l’ex-chef du gouvernement a plusieurs reprises.

Il l’a par exemple invité à dîner en même temps que son moniteur de ski, ou encore, l’a fait assoir sur une chaise de bistrot tandis que lui-même était confortablement installé en face dans un fauteuil profond. Agacé d’être traité comme un valet, Jacques Chirac aurait ensuite écourté son séjour.

Une note d’entretien plutôt salée

Bâti au 17e siècle sur les bords de la Méditerranée, le Fort de Brégançon coûte cher à entretenir. Il faut compter un budget annuel de près de 200 000 euros pour maintenir ses enceintes et ses bâtiments en bon état. En 2013, François Hollande a décidé de ne plus en faire la résidence présidentielle et de l’ouvrir au public. Son objectif : atteindre un équilibre financier. Depuis le 26 septembre dernier, la gestion du Fort est donc assurée par le Centre des monuments nationaux.

À noter, même si le lieu est accessible au public, les appartements privés du chef de l’Etat ne sont pas accessibles. Ceci afin que ce dernier, s’il en a envie, puisse toujours décider de venir y séjourner exceptionnellement.

De Gaulle n’y a dormi qu’une seule nuit

De Gaulle est le tout premier président à y avoir séjourné en 1964. Mais son séjour a été de courte durée. En effet, l’ex-chef de l’État n’y a passé qu’une seule nuit, laquelle aurait été gâchée par la présence de moustiques et un lit trop petit.

Les changements de décoration

Lorsqu’il était président, Georges Pompidou a complètement revu la décoration intérieure du Fort. Les années 70 battaient alors leur plein, aussi l’ex-président et son épouse, Claude, y a installé des meubles design. Une manière de "se forger une image moderne", souligne Le Dauphine Libéré. Un style qui n’a cependant pas été du goût de VGE et Anne-Aymone. Dès 1974, le successeur de Pompidou a en effet fait disparaître tout le mobilier avant-gardiste pour le faire remplacer par des meubles de style Louis XIV et Louis XV. Depuis rien ou presque n’aurait changé. Du style contemporain cher aux Pompidou ne resterait qu’un salon de travail tandis que les coussins ont été changés au début du mandat de François Hollande. Valérie Trierweiler, son ex-compagne avait même été accusée de les avoir commandés à grands frais en Espagne, ce qui a ensuite été démenti.

Il n’y a pas de piscine

Vaste demeure blanche en angle et d’allure presque modeste, le Fort de Brégançon se compose de deux parties principales : l’aile présidentielle et celle réservée aux invités et aux membres du service de sécurité. Au rez-de-chaussée du Fort, on trouve un hall d’honneur au sol en tomettes, deux salons, une salle à manger et une cuisine.

L’étage abrite quant à lui le bureau du président, les chambres mais aussi une tour dans laquelle se trouvent un autre bureau, une salle de bain et une chambre avec un balcon offrant une vue sur la mer. Cette dernière pièce est meublée d’un lit provençal tourné vers la Méditerranée et l’île de Porquerolles. Aucune des pièces de cette demeure n’a de dimensions démesurées. Toutes sont de taille moyenne et percées de petites fenêtres.

À l’extérieur, il n’y a pas de piscine, mais une plage privée accessible par un escalier abrupt et observable par les paparazzis. Ce qui a d’ailleurs donné lieu à plusieurs séries de photos de VGE, François Hollande ou Nicolas Sarkozy en maillot de bain.

Jacques Chirac nu au balcon

En 2001, Jacques Chirac s’est offert un moment très nature au Fort. L’ex-président s’est mis nu comme un ver au balcon de sa chambre sans savoir qu’il était photographié par des paparazzis. Heureusement pour lui, les clichés n’ont jamais été publiés.