Sommaire

Attentats au couteau : le nouveau mode opératoire des terroristes ?

"Il y a eu de nombreux attentats depuis l’élection d’Emmanuel Macron. Pour l’essentiel, les terroristes ont frappé au couteau, en suivant un schéma clair. C’est ainsi qu’ils ont procédé devant les anciens locaux de Charlie Hebdo ou face à Samuel Paty", souligne encore François-Bernard Huyghe, non sans évoquer l’attaque à la voiture, survenue en avril 2020 à Colombes dans les Hauts-de-Seine. 

"Cela n’a rien d’étonnant : c’est cohérent avec la doctrine de l’Etat Islamique", poursuit encore le politologue, qui fait référence à un message publié par l’EI et encourageant ses terroristes à mener la guerre contre les incroyants même sans équipement militaire. "Frappez sa tête avec une pierre, égorgez-le avec un couteau, écrasez-le avec votre voiture, jetez-le d’un lieu en hauteur, étranglez-le ou empoisonnez-le", auraient en effet déclaré les figures d’autorité du mouvement djihadiste, informe Sud-Ouest.

"La prévalence de ce mode d’attentat n’a rien d’anodin. Elle s’explique d’ailleurs assez aisément", étaye François-Bernard Huyghe, qui a identifié au moins deux raisons :

  • D’abord, explique-t-il, plus personne au sein de l’Etat Islamique n’apparaît en capacité de se procurer le matériel et les ressources nécessaires (armes, véhicules, faux papiers, planques, etc) pour mener à bien un assaut d’ampleur comparable à celle du Bataclan
  • Ensuite, le schéma actuel correspond bien davantage à celui du "loup solitaire" (lequel ne l’est jamais réellement, puisqu’il repose sur une batterie de gens susceptibles de l’influencer, précise le politologue) : l’assaillant agit seul, parfois sans avoir mis personne au courant et sur un coup de tête.

Est-ce à dire qu’il n’y aura plus jamais d’attentat aussi meurtrier que ne put l’être l’assaut sur le Bataclan ? Loin s’en faut.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.