Creative Commons
Désormais, les dérapages au FN se payent chers. Le parti de Marine Le Pen, qui veut afficher un profil irréprochable, vient d'exclure trois candidats aux municipales 2014. La raison : les propos à caractères racistes qu'ils avaient tenus.

On ne rigole plus au FN. Ceux qui sortent du rang et se laisseraient aller à des propos jugés inacceptables en payent désormais le prix : ils sont purement et simplement exclus du parti. Le Front national, qui se défend d’être un parti d’extrême-droite et de véhiculer des idées racistes, a en effet indiqué ce mardi dans un communiqué que trois candidats aux municipales de 2014 avaient été renvoyés du parti. « Marine Le Pen a prononcé aujourd’hui l’exclusion d’Anne-Sophie Leclere » fait ainsi savoir le FN.Epinglée sur France 2Déjà mise à l’écart et rayée de la liste présentée à Rethel dans les Ardennes le mois dernier, Anne-Sophie Leclere s’est d’abord fait remarquer sur Facebook puis par « ses propos tenus ensuite dans le cadre de l’enregistrement de l’émission Envoyé Spécial diffusée le jeudi 17 octobre dernier », note le Front national. L’ex-candidate avait en effet publié une photo de Christiane Taubira la comparant à un singe et avait traité la ministre de « sauvage ». « Je préfère la voir dans un arbre après les branches que la voir au gouvernement » avait-elle déclaré devant les caméras.Exclusions en sérieJoris Hanser, un jeune candidat qui se présentait lui à Rixheim dans le Haut-Rhin, a subi le même sort. En cause, les commentaires publiés sur les réseaux sociaux, notamment après la victoire du FN à Brignoles à la cantonale partielle, où il avait évoqué alors l’Occupation nazie. Même punition pour François Chatelain, ancien candidat à Neuville-en-Ferrain, dans le Pas-de-Calais. Il avait lui publié sur son compte Facebook la photo d’un drapeau israélien en flammes avec le commentaire suivant : « Ici, c’est la France ».