Marine Le Pen et Laurent Wauquiez n'ont pas manqué de répartie lors du débat sur le plateau de France 2 mercredi 22 mai. Des pics qui n'ont pas servi le débat.
AFP

Enième round entre le leader des Républicains (LR) et celle du Rassemblement National (RN). Lors du double débat, organisé par France 2 ce mercredi 22 mai, quatre jours avant les élections européennes, les représentants des principaux partis candidats, se sont lancés dans des chamailleries, rapporte L’express.  

Même si des échanges de fond ont eu lieu, sur des sujets importants tels que l’écologie, le pouvoir d’achat ou encore le Frexit, cela n’a pas empêché la "petite guéguerre" entre la droite et l’extrême droite d’être relancée.

Publicité

"J'espère que vous aurez un jour la possibilité de faire un débat au second tour de la présidentielle !"

"Laissez-moi parler Monsieur Wauquiez, je sais que vous êtes un peu stressé", lance Marine Le Pen agacée. Installés l’un à côté de l’autre durant le débat, le président des Républicains et la chef du Rassemblement National ont passé de longues minutes à se renvoyer la balle, relate le Huffington Post.

Publicité
"Vous m’avez l’air encore agressive ce soir. Rassurez-moi, vous n’êtes pas dans ce tempérament du second tour de la présidentielle ?", dit ironiquement Laurent Wauquiez à son adversaire.

Remarque à laquelle, la présidente du RN a répondu d’un ton sec : " Vous savez quoi, monsieur Wauquiez ? J’espère que vous aurez un jour la possibilité de faire un débat au second tour de la présidentielle ! ".

Publicité

Des candidats mal à l’aise

Une joute verbale, qui a laissé de côté pendant plusieurs minutes, les autres politiques, sur le plateau de France 2, présents pour débattre. Ils ont tout de même tenté de réagir, en vain.

"Franchement, ils sont très bien ensemble", déclare Yannick Jadot, quand Manon Aubry, tête de liste de La France Insoumise, lance un " Coucou on est là ! ", pour réamorcer l’échange, sans succès. Leur dispute s’est d’ailleurs prolongée, pour s’achever dans un vacarme général.

Des clashs réguliers pour se démarquer

Clasher, une attitude qu’ont finit par adopter nombre de politiques, lorsqu’ils sont candidats à une élection, afin de se démarquer. En direct sur les plateaux TV, à la radio ou encore sur les réseaux sociaux, les endroits ne manquent pas pour parler plus fort que son adversaire.

Publicité

Si une guerre est clairement déclarée entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, ils ne sont pas les seuls à se faire front. C’est le cas de La France Insoumise (LFI) et d’Europe Ecologie Les Verts, rapporte le Huffington Post.

Jean-Luc Mélenchon a accusé Yannick Jadot "de vouloir négocier un accord avec les libéraux au Parlement européen", ce que n’a pas apprécié celui-ci, qui dénonce une "campagne de dénigrement" et "la culture de la brutalisation du débat politique" de la part de La France Insoumise.

Martine Aubry, qui soutient la liste PS-Place Publique, a également taclé le dirigeant LFI :

Publicité
"Avec Jean-Luc Mélenchon" et "sa stratégie plan A, plan B, on ne sait plus où on va... On sait qu’on va dans le mur, c’est certain".

Video en lien avec le sujet : Européennes : et si vous ne pouviez pas voter ?