Créé cette année par Thomas Guénolé, le prix du menteur en politique entend, avec une pointe d'humour, inciter la classe politique à moins mentir. Voici quelques nominés. 
En images : les nominés du prix 2014 du menteur en politique

Marine Le Pen et ses inventions

1/7
Marine Le Pen et ses inventions

Voici une liste non exhaustive des nominés pour le prix du menteur en politique. Créé le 19 janvier 2015 par le politologue Thomas Guénolé, le prix a vocation à inciter les politiques à moins mentir ainsi qu'à sensibiliser le journalisme politique. Basée sur du fact-checking (la vérification de faits), la distinction promeut le contrôle de ce que disent les politiques. Ici, la présidente du FN est nominée car elle jongle entre exagérations et approximations. Un mensonge dénombrant 40% de chômage chez les étrangers contre 24,8 % en réalité, selon l'INSEE. Un autre concernant les 4000 français partis faire le djihad, contre 1300 selon le ministère de l'Intérieur.

Brice Hortefeux et la délinquance

2/7
Brice Hortefeux et la délinquance

L'ancien ministre de l'Intérieur invoquait à tort une étude de l'Observatoire national de la délinquance constatant une augmentation globale de la criminalité.

Jean-Luc Mélenchon et l'absentéisme

3/7
Jean-Luc Mélenchon et l'absentéisme

L'euro-député ne cesse de nier son absentéisme au Parlement européen. Les décodeurs démontrent le contraire.

Nicolas Sarkozy et ses 17 mensonges

4/7
Nicolas Sarkozy et ses 17 mensonges

L'ancien chef de l’État est quant à lui nominé pour pas moins de 17 mensonges proférés lors de sa campagne de réélection à la présidence de l'UMP. Intox et fiction que Libération avait relevé.

Thomas Thévenoud et ses impayés

5/7
Thomas Thévenoud et ses impayés

Évidemment, le député PS fait partie des sélectionnés. En cause, ses dissimulations fiscales mises à jour en septembre 2014

Hors catégorie : Jérôme Cahuzac

7/7
Hors catégorie : Jérôme Cahuzac

Le vice-président du Front national a affirmé, mercredi 26 novembre, que le FN n'avait jamais souhaité revenir sur le remboursement de l'IVG. Un mensonge puisqu'en 2011, Marine Le Pen, interrogée par La Croix, se prononçait en faveur d'un déremboursement de l'IVG.

Téléchargez votre guide mutuelle (gratuit) !