Jeudi, le président a fait l'objet de nombreuses critiques après sa remarque sur les "kwassa-kwassa" qui amènent "du comorien" vers Mayotte. Mais ce n'était pas sa première bourde sur les Outre-mer.
Sommaire

Mayotte et les "kwassa-kwassa"

Jeudi 1er juin, Emmanuel Macron a visité le Centre régional de surveillance et de sauvetage atlantique d’Etel dans le Morbihan. Lors d’un échange sur les différents types d’embarcations, le président a fait une plaisanterie qui a provoqué de vives réactions. "Mais le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du comorien, c’est différent", a-t-il déclaré. Les kwassa kwassa sont en effet utilisés par les migrants en provenance des Comores qui cherchent à rejoindre Mayotte. Mais les naufrages sont très courants et les victimes très nombreuses. Contactée par Europe 1, l’Elysée a parlé d’une "plaisanterie pas très heureuse sur un sujet grave, dont le président de la République a pleinement conscience".

Le Guyane, une "île" ?

En visite à la Réunion, en mars dernier, dans le cadre de sa campagne pour l’élection présidentielle, Emmanuel Macron s’était exprimé sur le mouvement social qui débutait en Guyane. "Mon premier mot est celui d’un appel au calme parce que je crois que (…) bloquer le fonctionnement de l’île ne peut être une réponse apportée à la situation", avait-il déclaré face aux journalistes. Or, la Guyane, collectivité territoriale située en Amérique du Sud, n’est pas une île.

La Guadeloupe

En décembre dernier, Emmanuel Macron s’est rendu en Guadeloupe, encore une fois dans le cadre de sa campagne. Après sa rencontre avec un jeune homme dans l’avion, il a posté un message sur son compte Twitter dont la légende a été très commenté. Celui qui était encore candidat a mentionné la mère du lycéen "expatriée en Guadeloupe" alors que la Guadeloupe est un territoire français

Téléchargez votre guide mutuelle (gratuit) !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.