Depuis plusieurs semaines, déjà, le chef de l'État multiplie les déclarations sur l'immigration. Certains de ses ministres s'emparent aussi du sujet, quand ils ne parlent pas d'islam et de laïcité. Pourtant, l'exécutif en fait peut-être trop… Et pourrait risquer gros.
AFP

Emmanuel Macron : pourquoi parle-t-il tant d’immigration ?

"Nous n’avons pas le droit de ne pas regarder le sujet en face. En prétendant être humaniste, on est parfois trop laxiste", assénait Emmanuel Macron le 16 septembre 2019 devant un parterre de parlementaires. Le président, rappelle Le Monde, parlait alors d’immigration.

Un sujet auquel il s’est accroché depuis sa rentrée politique, et qu’il a refusé de lâcher du mois. "L’islamisme radical est en train de rentrer par petits bouts" grâce à l’immigration clandestine, déclarait-il à Mayotte, à l’occasion d’un voyage présidentiel de quatre jours dans l’océan Indien. Et le chef de l'État d’ajouter, note Libération : "Vous avez vu les chiffres du RN ici, les habitats insalubres, la difficulté économique. Ça a une résultante : les Mahorais disent ‘si vous laissez l’immigration clandestine, il n’y a plus de règles, comme je fais pour vivre ?’".

Si Emmanuel Macron s’acharne à parler d’immigration, explique Les Echos, c’est parce qu’il souhaite faire du régalien un "axe majeur de l’acte II de son quinquennat". "Il y a un durcissement de notre politique migratoire sans pour autant tomber dans le piège dans lequel s’était fourvoyé Claude Guéant avec sa circulaire sur les étudiants étrangers", précise d’ailleurs un "conseiller ministériel", comme pour solidifier ce volet du programme présidentiel. Une question demeure néanmoins : pourquoi forcer le trait sur une thématique si éloignée des sujets "fondamentaux" du président que sont l’économie et le social, au moins à croire Le Figaro ?

"Depuis les résultats des élections européennes, Emmanuel Macron est décidé à stabiliser son électorat de centre droite, ainsi qu’à étouffer autant que faire se peut Les Républicains (LR). Cela implique mécaniquement de se repositionner plus à droite", analyse pour sa part Christophe Bouillaud, politologue et professeur de science politique à l’IEP Grenoble. "Finalement, le président de la République met un terme au double discours qu’il tenait sur le sujet : depuis la campagne, il parlait d’immigration en termes relativement humanistes mais une fois au pouvoir il a mené une politique particulièrement restrictive. Son verbe rejoint aujourd’hui son acte", explique le chercheur.

Ce n’est pas l’unique raison qui pousse Emmanuel Macron à multiplier les sorties en matière de politique migratoire. "Évidemment, on peut penser qu’il fait le pari de la récupération du Rassemblement National (RN). Ou au moins, qu’il cherche à en détourner les moins fervents", estime l’enseignant. Une stratégie qui pourrait s’avérer particulièrement risquée…

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.