Depuis quelques temps, le président de la République prépare son intervention devant un imposant parterre de journaliste. A certains égards, Emmanuel Macron joue son quinquennat. Une pression qui ne repose d'ailleurs pas que sur ses épaules… Mais aussi sur celles de ses ministres !
AFP

Emmanuel Macron : l'attitude des ministres scrutée ?

"On a intérêt à bien écouter. Macron aura l'oeil aussi sur nous", témoigne l'un des membres du gouvernement, en anonyme, dans les colonnes du Parisien. Et, visiblement, il appréhende la conférence de presse que doit donner le président de la République, ce jeudi 25 avril. C'est à cette occasion que le chef de l'Etat doit présenter ses réponses à la crise des "gilets jaunes", quand bien même elles ont déjà partiellement fuité dans la presse.

"S'il y en a qui plonge sur son téléphone, même discrètement, il est mort", commente une autre source gouvernementale. "Ca va être deux heures de garde-à-vous", poursuit-il. Et pour cause ! Les ministres aussi devront jouer leur partition à la perfection, après les annonces du président. "Il va dessiner sa feuille de route des prochains mois. Et ce sont eux qui vont devoir assurer le service après-vente", souligne en effet un "stratège élyséen" dans les pages du quotidien. Il n'hésite d'ailleurs pas à parler d'une "pression de dingue" qui pèserait "sur les épaules des ministres dans les jours qui viennent"...

D'autant plus, en vérité, qu'Emmanuel Macron nourrirait quelques griefs à l'encontre des membres de son gouvernement.Il serait "peu satisfait par la qualité des propositions" et la façon dont certains ministres "ont relayé son message", souligne le quotidien régional. L'action politique de Christophe Castaner est notamment pointée du doigt, mais il n'est pas le seul. D'après les informations du Parisien, les récents propos de Jacqueline Gourault, la ministre de la Cohésion des territoires, sur la décentralisation auraient aussi agacé le chef de l'Etat…

Emmanuel Macron a-t-il un problème avec les transfuges de la droite ?

Christophe Castaner et Jacqueline Gourault sont loin d'être les seuls ministres scrutés par le président. Deux des transfuges de la droite pourraient aussi poser problème, d'après la presse…

"Il écrit des livres le matin, il est ministre l'après-midi, il dort la nuit", aurait en effet déclaré un Emmanuel Macron acerbe au sujet de Bruno Le Maire, rapporte RTL. Il reprocherait au ministre de l'Economie de s'éloigner des thématiques qu'il est supposé défendre et traiter.

Avec Gérald Darmanin le problème viendrait d'un manque de communication, souligne Le Figaro. Tout commence un peu avant la mise en place du prélèvement à la source, une mesure qui laisse le président très dubitatif. "Qu'est-ce que tu va t'emmerder avec ça ? Si tu réussis, personne n'en parlera. Si c'est le bordel, tout le monde te tombera dessus", avait estimé le chef de l'Etat. Une absence de soutien qu'aurait du mal à comprendre le ministre de l'Action et des comptes publics, souligne le journaliste Ludovic Vigogne dans son livre Tout restera en famille…

Vidéo : Réforme des retraites : Edouard Philippe pique une sévère colère

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.