Emmanuel Macron face à la polémique : la réponse du groupe chargé de la construction du sous-marin

Face à ces accusations, la firme s’est exprimée : "Naval Group dément formellement les allégations portées à son encontre. Toutes les personnes visibles sur la photo sont des collaborateurs qui ont travaillé sur le Barracuda. Elles ne portent pas un déguisement mais les équipements de protection individuelle qu’elles portent au quotidien". 

Une analyse nuancée par Vincent Hurel, responsable CGT du site. "Je ne m’avancerai pas à dire qu’il n’y avait pas d’ouvriers, non", explique-t-il aux micros de nos confrères. "Parmi les cinq personnes du premier rang, vous trouvez le chef de projet plateforme de Naval Group ainsi que le chef de projet de TechnicAtome, le responsable du chantier de coordination, un ancien de l’entreprise qui participait à son cinquième lancement, une apprentie soudeuse en reconversion professionnelle et la responsable de la conception du sous-marin", ajoute encore Emmanuel Gaudez, le porte parole du groupe — qui compte 40% d'ouvriers et 60% de cadres. Il a d'ailleurs accusé Hugo Poidevin de diffuser de fausses informations sur Twitter :

 

Des ouvriers et des cadres étaient bien présents lors de l’inauguration du Suffren. Mais au premier rang, il s’agissait essentiellement de cadres habillés en bleus de travail et casqués, comme tous ceux qui travaillent dans l'entreprise. 

La controverse ne s'arrête pas là. Des CV auraient été sélectionné par l’Élysée pour choisir les personnes qui feraient le tour du sous-marin avec Emmanuel Macron, expliquent certains internautes.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.