Le président de la République François Hollande a récemment pris la décision de réaménager le "salon d'angle" de la résidence présidentielle. Autrefois occupée par Henri Guaino et Aquilino Morelle, la pièce, qui serait désormais transformée en salle de réunion, est connue pour "rendre fou" ses occupants.
© CC

 

François Hollande veut mettre un terme à la "malédiction" du bureau "qui rend fou". Selon Le Figaro, le président a récemment décidé de réaménager le "salon d'angle" en salle de réunion. La pièce élyséenne avait été occupée jusqu'à présent par les directeurs de cabinet puis les conseillers politiques des présidents de la Vème République.

Une rupture symbolique

Le bureau "Sésame" ne sera plus occupé par un particulier. Après la démission de son conseiller politique Aquilino Morelle, soupçonné de conflits d'intérêt, François Hollande a décidé de transformer le "salon d'angle" en salle de réunion. Le président semble vouloir dissiper les rumeurs entourant cette pièce. Selon les témoignages des ex-conseillers politiques de l'Elysée au Figaro, le bureau aurait une étrange influence sur ses occupants. Si bien que les anciens pensionnaires lui ont récemment donné un sobriquet. "C'est le bureau qui rend fou", a plaisanté un conseiller de François Hollande qui a préféré garder l'anonymat. Ce dernier évoquait alors les "ego" des deux derniers conseillers politiques élyséens, Henri Guaino et Aquilino Morelle.

Un bureau chargé d'anecdotes

Le "salon d'angle" possède également un illustre passé. Le président Valéry Giscard d'Estaing s'y était installé, préférant cette pièce au traditionnel "salon doré" qu'occupaient ses prédécesseurs Charles de Gaulle et Georges Pompidou. "Officiellement, VGE (Valéry Giscard d'Estaing, ndlr) avait expliqué qu'il ne souhaitait pas travailler dans la pièce où De Gaulle avait installé son bureau. En réalité, ce bureau est le plus discret, le plus caché de tout le palais. Le président pouvait s'échapper discrètement par l'escalier qui conduit aux appartements privés, puis quitter le palais par l'aile Est, sans être vu…", a révélé dans les colonnes du Figaro un ex-conseiller de l'ancien chef de L'Etat, qui a choisi également l'anonymat. De François Mitterrand jusqu’à Nicolas Sarkozy, le salon avait été ensuite attribué aux directeurs de cabinet du président.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.