Responsable des enquêtes menées dans le cadre des affaires Fillon et Balkany, cette procureure est à la tête du Parquet National Financier (PNF) depuis sa création. Parce qu'elle quitte l'institution, eller revient sur ces cas emblématiques.

Les affaires de corruption et de fraude fiscale sont révélées les unes après les autres. Le milieu de la politique n’est pas épargné. Éliane Houlette, procureure de la République au parquet national financier (PNF) quittera ses fonctions le 28 juin prochain, après presque six années à ce poste. Pour l’occasion, elle s’est confiée au magazine Marianne. Son témoignage a été diffusé dans l'édition du 20 juin.

Elle est la femme à l'origine des enquêtes sur les pratiques illégales dont sont accusés François Fillon et Patrick Balkany. Ils ont, bien entendu, démenti la plupart des faits qui leurs sont reprochés et sont aujourd'hui dans l'attente de leur jugement.

Eliane Houlette : "Je n’ai subi aucune pression"

Le parquet national financier est souvent soupçonné d’être à la solde des hommes politiques. Ce qu'Eliane Houlette dément formellement. "Je peux vous certifier qu’en cinq ans et demi, je n’ai jamais subi aucune pression. Ni reçu aucune consigne", déclare-t-elle dans les colonnes de Marianne.

Elle affirme avoir toujours fait preuve de neutralité, notamment dans l’affaire Fillon, où il lui a été reproché d’avoir enclenché les procédures six mois avant les élections présidentielles.

"J’avais connaissance de faits qui comportaient beaucoup d’éléments précis, objectifs et facilement vérifiables", confie-t-elle au magazine. "Ce n’est pas moi qui me suis mise dans cette situation, c’est le candidat lui-même !", ajoute-t-elle.

La procureure précise par ailleurs que cette affaire était un "concours de circonstances". En effet "78% de nos affaires sont des enquêtes préliminaires", explique-t-elle. Une affaire qui a été accéléré par l'arrivée des modifications des lois en matière de prescription, faisant passer le délai à 12 ans pour les délits. "Les faits concernant l’emploi de Mme Fillon remontant à une période assez éloignée risquaient d’être prescrits si nous n’engagions pas l’action publique".

Eliane Houlette : "Nous estimons avoir mis en évidence des faits très graves"

Il en est de même dans l’affaire Balkany. "Rien ne porte plus atteinte à la démocratie à mes yeux que ce que nous avons constaté dans cette affaire", livre la procureure à nos confrères.

"Nous estimons avoir mis en évidence des faits très graves, répétés, commis par un élu, depuis longtemps", raconte-t-elle.

Si les affaires récentes laissent à penser que le PNF ne s’en prend qu’aux politiques de droite, l'actualité et son entretien démontre le contraire. En effet, une enquête préliminaire est en cours sur Alexis Kohler, le secrétaire général de l’Elysée.

Les politiques ne sont d’ailleurs pas la seule cible, contrairement aux apparences. Le milieu sportif a également été investi avec les football leaks ou encore les affaires qui pèsent sur Michel Platini, pour "paiement déloyal" reçu de la part de Sepp Blatter et les conditions d’attributions de la Coupe du monde de football 2022, comme l’a révélé Médiapart.