Sommaire

"Parler de dictature sanitaire est aussi stupide qu'absurde"

En effet, au début de l’année 2018 plusieurs noyaux s’étaient formés autour du refus de la vaccination obligatoire. Ils avaient ensuite été renforcés par le groupe hostile à la limitation de vitesse avant de devenir en changeant dans les revendications ce mouvement phosphorescent. C’est cette composante que l’on retrouve aujourd’hui dans les mouvements anti-vaccins et c’est elle qui utilise les comparaisons entre la politique gouvernementale et le nazisme. La mise en parallèle de ces éléments, il est nécessaire de le rappeler, est historiquement fausse et totalement infondée, ce que n’importe quel élève de CM2 est capable d’analyser. Il y a deux courants distincts dans cette utilisation des images. Le premier est intentionnel. Il vient de certaines franges de l’extrême droite proches des milieux négationnistes qui veulent par tous les moyens relativiser et banaliser la Shoah pour après en nier l’existence même.

"La mise en parallèle du nazisme et de la politique sanitaire du gouvernement, il est nécessaire de le rappeler, est historiquement fausse et totalement infondée" - Sylvain Boulouque

Elle s’inscrit dans une logique mise en ouvre depuis la fin du nazisme avec les pères du négationnisme : Maurice Bardèche et Robert Faurisson en tête. Elle a été renforcée depuis le début des années 2000 par la mouvance complotiste dont l’ancien humoriste, Dieudonné, est le chef de file. Il a accueilli dans ses spectacles Robert Faurisson, qui se faisait remettre en 2008 un prix par une personne vêtue d’une tenue de déporté. Si elle existe, ces militants sont minoritaires et même si leurs discours irriguent certains milieux ils demeurent marginaux.

Un deuxième groupe un peu plus nombreux utilise dans un mélange d’ignorance, d’inculture et de dénonciation à l’emporte-pièce des politiques vues comme autoritaire. Sans présager que quelques messages ne soient portés par des militants ou des sympathisants de la mouvance d’extrême droite.

Enfin il existe une dernière leçon, même si elle peut sembler paradoxale, c’est que le nazisme fait figure de mal absolu et qu’elle sert de repoussoir, mais du coup entraîne des comparaisons aussi stupides qu’absurdes, inquiétantes même quand à la transmission de la mémoire et surtout à l’intelligence ainsi qu'à la compréhension des phénomènes historiques. Comparaison n’étant pas raison comme le rappelle le vieil adage…

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.