La situation "s'aggrave rapidement". Le bilan de victimes ne cesse de s'alourdir et les services d'urgence sont proches de la saturation. Certains malades pourraient-ils alors être lésés ?
 Covid-19 : les dernières annonces du gouvernement ne sont pas rassurantesAFP

Mercredi 18 mars au soir, la France comptabilisée 9134 personnes contaminées par le Covid-19, et 264 décès. Soit 89 de plus en seulement 24h. 3626 patients ont été pris en charge dans les différents hôpitaux de l’Hexagone et 931 sont en réanimation. La moitié des cas les plus graves a "moins de 60 ans", a par ailleurs alerté Jérôme Salomon, le directeur général de la Santé, lors d’une conférence de presse.

"L’épidémie s’étend sur le territoire national et la situation s’aggrave rapidement", a-t-il prévenu. Il enjoint aux Français de respecter "impérativement" le confinement instauré ce mardi 18 mars à midi, tout comme les mesures barrière. L’objectif est d’endiguer la transmission du virus pour atténuer la charge des soignants. Car si la situation demeure compliquée dans le Grand-Est. Elle se tend également en l’Ile-de-France, rapporte Ouest-France.

Coronavirus : "On va privilégier des personnes qui ont plus de chance de pouvoir s’en sortir"

Dans les Ehpad, la conjoncture est dramatique. "Lorsque le virus rentre dans (un) établissement, on assiste à des taux de 75% de résidents atteints par le virus et des taux mortalité catastrophiques, au-delà de 20 à 30%" a prévenu Gaël Durel, président de l’Association des médecins coordinateurs et du secteur médico-social, sur RTL.

"Il n’y a pas de place pour eux à l’hôpital, ils sont trop vulnérables (…) on va privilégier, ce qui est tout à fait compréhensible, des personnes qui ont plus de chance de pouvoir s’en sortir".

Comme en Italie, le tri des patients a-t-il alors commencé ? "Ça dépend des régions. Dans le Grand-Est ils ont été confrontés à cette situation, en Île-de-France, on s'y prépare. Il faut se préparer à avoir une inadéquation entre le nombre de soins et le nombre de moyens dont on pourrait avoir besoin", a alerté le Professeur Bertrand Guidet.

"Les personnes âgées gravement malades en Ehpad, la probabilité de décès étant considérable", ne sont pas prioritaires pour être placées en réanimation, préviennent les médecins.

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Coronavirus : des patients contagieux encore plusieurs jours après leur guérison

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.