Brigitte Macron est l'atout communication d'Emmanuel Macron. La Première dame choisit soigneusement les moments et les endroits où elle s'affiche.
AFP

Avant d’être Première dame, Brigitte Macron a été professeure de français, mais avant d’enseigner la langue de Molière, elle a aussi été attachée de presse. Un poste pour lequel elle a développé des compétences en matière de communication dont elle use depuis que son mari a lancé sa campagne pour la magistrature suprême. Les observateurs ne disent pas autre chose : Brigitte Macron a la main sur la com’ et pour une bonne raison. "Elle est la spin doctor, c’est elle qui a pensé la stratégie de communication du président pendant la campagne. C’est sa première communicante, elle était à la manœuvre pour le rendre humain et sympathique", nous confiait ainsi Philippe Moreau-Chevrolet, spécialiste de la communication politique.

Si en marketing, mieux vaut avoir le sens de la formule, quand on est Première dame, il est préférable de savoir doser. Ainsi que le remarquait la journaliste Maëlle Brun, auteure de Brigitte Macron l’affranchie, sur Sud Radio, la Première dame, toujours dans la cadre de sa chartre, s’exprime publiquement à des moments bien choisis. "On a l'impression qu'elle émerge dans les médias dans des moments très choisis. Cet été par exemple, quand la cote de popularité du président était un peu en berne, elle a donné ce long entretien dans le magazine 'Elle' qui a d'ailleurs cartonné et qui a été un record de ventes. Elle intervient à des moments spécifiques", a fait remarquer la journaliste de Closer.

A lire aussi : Emmanuel et Brigitte Macron : week-end de Pâques au Touquet

Les faits tendent à confirmer cette analyse. Alors que le début de l’année a été marqué chez son mari par une reconquête des territoires -pour des raisons diverses : l’arrivée des européennes, une image trop éloignée du peuple - Brigitte Macron a aussi mis la main à la pâte. C’est ainsi avec une très légère médiatisation qu’elle est allée à la rencontre, en février dernier, d’agricultrices en colère. Pour cette visite au collectif Les foulards noirs, la Première dame s’est déplacée avec Audrey Bourolleau, conseillère agriculture du président, ainsi que le rapporte Paris Match.

Le magazine est d’ailleurs devenu un relai idéal. Pendant la campagne, le magazine affichait le futur couple présidentiel en Une, en maillot de bain ; fin mars avant un important mouvement social, il publie un hors-série consacré aux Premières dames. Brigitte Macron figure en sur la couverture et se dévoile dans les pages intérieures.

A deux on est plus fort

Si quand il agit seul, Emmanuel Macron incarne la fonction présidentielle de manière ferme, avec Brigitte Macron, il rejoue plutôt la partition de Valéry Giscard d’Estaing. Comme Anne-Aymone qui incarnait la face "sociale" de son mari, Brigitte Macron vient adoucir les critiques d’autoritarisme à l’égard de son époux.

La Première dame était donc là lorsqu’Emmanuel s’est rendu au CHU de Rouen cette semaine, en amont de l’annonce du plan autisme, un sujet qui est par ailleurs dans le pré-carré de son épouse. Alors qu’en marge de cette visite, l’Elysée annonçait 340 millions d’euros sur cinq ans, dehors, près de 200 personnels soignants manifestaient.

D’ailleurs Brigitte Macron ne s’y est pas trompée, en ce début de printemps marqué par des grèves et des mouvements sociaux qui testent le gouvernement, elle a choisi de ne pas trop s’exposer, sauf sur des dossiers où elle est complètement légitime. A ce titre, Philippe Moreau-Chevrolet nous confiait : "si elle sent qu’elle n’est plus un atout, elle se mettra en retrait. Rien ne se fait sans concertation avec son époux".

Vidéo : Brigitte Macron ose un décolleté plongeant à l’Elysée

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.