Lors de son passage ce vendredi à l'usine du fabricant de pneumatiques à Clermont-Ferrand, François Hollande a cru bon de divertir les salariés du site par une petite allusion sexuelle. Un show improvisé qui n'a pas récolté le succès espéré auprès de l'auditoire.
© CC

 

François Hollande aime plaisanter. Un peu trop même. Vendredi, lors de sa visite officielle à l'usine Michelin (Puy-de-Dôme), le président a tenté d'amuser la galerie en sortant une blague douteuse (voir vidéo ci-desous). Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'humour du chef de l'Etat n'a pas séduit son auditoire.

Hollande retombe dans ses travers

C'est le site LeLab/Europe 1 qui a révélé ce nouvel épisode des prouesses humoristiques de François Hollande. Alors qu'il visitait le site de Michelin en Auvergne, ce dernier s'est adressé aux salariés de l'entreprise dans un petit "propos introductif", d'un peu moins de cinq minutes.  Et c'est à ce moment là que le président a fait un véritable "stand-up", évoquant avec humour les raisons de son déplacement sur le site de Clermont-Ferrand  : "L'idée de ce déplacement, elle est venue d'une visite que j'avais faite (...) au salon de l'Auto. Le président Sénard (le président de Michelin, ndlr) m'avait pris... Enfin, tout à fait correctement, avec beaucoup d'égards. Et m'avait dit : 'ce serait un jour heureux si vous vouliez venir ici' ".

Sauf que sa blagounette "graveleuse" n'a pas rencontré le succès escompté, les rires du public n'ayant pas été très fournis. Le président s'est immédiatement excusé et a donc continué son discours, cette fois sur un ton sérieux.

Ce n'est pas la première fois que François Hollande se fait remarquer de façon négative sur ses facéties. Le locataire de l'Elysée avait provoqué en décembre 2013 un véritable tollé diplomatique en ironisant sur la sécurité en Algérie. Il avait récidivé deux semaines plus tard lors d'une visite officielle en Arabie Saoudite. Recevant un sabre lors d'une danse folklorique, François Hollande avait lancé une boutade en direction du président de l'Institut du monde arabe, Jack Lang. "J'en aurai besoin", lui avait-il glissé. Ce trait d'humour aurait fait référence à la situation politique française de l'époque.

N'est pas Coluche qui veut...

En participant à notre grand jeu de l'été, remportez des chèques cadeaux d'une valeur de 500 € et un mois gratuit à notre offre de divertissement Hedony !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.