"Cinglant", "cassant"… : François Hollande dézingué par ses ex-ministres©AFPAFP
Un peu plus d’un mois après le remaniement opéré par François Hollande, les ministres qui ont été débarqués lors de cette vague de changement se lâchent à propos du président. Découvrez ce qu’ils disent du chef de l’Etat.

© AFP

Ils ne sont pas tendres avec François Hollande. Le remaniement a visiblement laissé un goût amer à certains anciens ministres. En témoignent les mots qu’ils emploient désormais pour évoquer le président et que rapporte Le Nouvel Observateur dans son édition de jeudi. Fort des confidences qu’il a recueillies auprès des ex du gouvernement et qu’il a ensuite compilées, le magazine révèle ainsi que François Hollande serait, en coulisses, bien plus cruel et beaucoup moins "exemplaire" qu’il cherche à le faire paraître.

Publicité
Publicité

"Il donne une impression de flottement"
Il "vous prend quand il a besoin de vous, puis vous jette quand vous ne lui êtes plus utiles", a ainsi raillé Hélène Conway-Mouret, l’ancienne ministre déléguée des Français de l’étranger. Furieuses d’avoir été éjectée de l’équipe gouvernementale, elle a poursuivi en estimant que François Hollande est "quelqu’un qui donne de grandes leçons de morale et qui est pourtant bien loin d’être exemplaire". Et alors que plusieurs surnoms autour de son manque de poigne supposé ont été donnés au président depuis le début de son mandat – "Flamby", "Pépère", "Fraise des bois" etc. – Guillaume Garot dresse le portrait d’un homme "très directif, voire cinglant". Selon l’ex-ministre délégué à l’agroalimentaire, "il y a indéniablement une différence entre le Hollande d’avant et celui d’après son accession à l’Elysée".  Non content d’avoir été débarqué au profit de l’ex-compagne de François Hollande, Ségolène Royal, Philippe Martin, avance quant à lui qu’ "à vouloir tout contrôler en même temps, consulter tout le monde à la fois, les décisions prennent du temps à être tranchées". Et l’ancien ministre de l’Ecologie, qui se dit "étonné, blessé, vexé" de pas avoir pu s’entretenir seul à seul avec le président, d’ajouter : "Au lieu d’aller vite, il donne une impression de flottement".

Même son de cloche chez Michèle Delaunay, autrefois déléguée aux Personnes âgées et à l’Autonomie, laquelle déplore la manière dont elle a été débarquée: "Lors de son meeting de campagne au Bourget, Hollande avait dit ‘j’aime les gens’. Mais ça ne se voit plus. Je n’aurais jamais imaginé qu’il puisse remercier un ministre sans un mot. Ou plutôt qu’il ne puisse pas le remercier du tout".

Vidéo sur le même thème : Mauvais signe ? Le portrait de François Hollande tombe pendant un conseil municipal ?