Invitée du "Supplément politique" de Canal+ dimanche soir, la ministre de la Justice s’est confiée sur les difficultés qu’elle éprouve parfois à remplir ses fonctions et a revendiqué son droit d’avoir des "coups de blues".

©AFP

AFP

Souvent prise pour cible par l’opposition et actuellement accaparée par la réforme pénale qu’elle porte, Christiane Taubira a parfois de "coups de blues". C’est en effet ce que la garde des Sceaux a expliqué dimanche soir sur le plateau du "Supplément politique" de Canal+. "J’ai dit que j’avais des coups de blues. Mais je peux dire que j’ai des coups de blues", a-t-elle déclaré. Une tristesse passagère qui serait notamment due au fait que la ministre vit loin de sa Guyane natale. "J’avais l’habitude de nager dans la mer quotidiennement. J’avais l’habitude, le weekend, d’aller marcher en forêt. J’avais l’habitude du soleil tout le temps", a-t-elle regretté comme le rapporte Le Lab d’Europe 1, avant d’ajouter, non sans une pointe d’humour : "J’avais l’habitude de faire des kilomètre à vélo, de m’arrêter aux feux  - je le fais ici d’ailleurs". Mais Christiane Taubira a choisi de terminer l’énumération de tout ce qui lui manque en Guyane sur une note joyeuse, elle cependant insisté : "J’ai le droit d’avoir des coups de blues".

Publicité
"Aucun ministre n’a à avoir le blue"En effet, ce n’est pas la première fois que le "blues" de la garde des Sceaux est évoqué. En mai dernier, Europe 1 faisait d’ailleurs tout un éditorial sur le sujet. Manuel Valls, le Premier ministre en avait même parlé au micro de la radio. "Servir les Français, servir le gouvernement de la France, c’est un honneur (...) Aucun ministre n’a à avoir le blues", avait-il estimé, préférant minimiser le sujet.

Vidéo sur le même thème : Christiane Taubira "a le blues", selon la journaliste d'Europe 1, Caroline Roux :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité