En politique, nombreuses sont les personnes qui deviennent le mouton noir de leurs adversaires ou de leur propre famille. La République en Marche, elle, a jeté son dévolu sur le maire de Reims.

Les départs s’enchaînent depuis les européennes au sein des Républicains. Ras-le-bol de sa famille politique ou stratégie en vue des élections municipales, chacun possède ses raisons. D’autres au contraire, continuent d’entretenir le flou. C’est le cas d’Arnaud Robinet, maire de la ville de Reims.

Arnaud Robinet : un maire réputé "Macron-compatible"

Perçu par la majorité présidentielle comme un maire "Macron-compatible", son soutien à la liste de François-Xavier Bellamy, au détriment de celle de Nathalie Loiseau pour les européennes, n’a pas été du goût de certains membres de LREM. Sa fidélité à sa famille politique a été mal vue pour celui qui fait partie du cercle des maires de droite invités régulièrement à déjeuner à Matignon

"Je suis très étonné par le geste d’Arnaud Robinet", déclare un député macroniste au Figaro. "Il est proche de nous, et la sociologie de Reims correspond assez à LREM", confie-t-il.

La République en Marche, de par sa jeune existence sur l’échiquier politique, a décidé de s’allier avec les maires sortants considérés comme "Macron-compatibles" pour les municipales. Dans une circulaire interne du parti, révélée par Le Figaro, le soutien à une liste concurrente à celle de la majorité présidentielle fait partie des critères rédhibitoires.

"Un maire qui sera élu avec l’apport de LREM et du MoDem sera un allié du président pour 2022, un maire qui sera élu sans leur apport, ce sera un ennemi du président pour 2022", explique le député européen Gilles Boyer au Figaro.

Emmanuel Macron et Edouard Philippe soutiennent-ils toujours Arnaud Robinet ? 

C’est durant le match d’ouverture de la Coupe du Monde de football féminine à Reims, que le maire a reçu le soutien d'Emmanuel Macron, rapporte Le Figaro. Le président de la République a discuté avec lui et lui a promis une rencontre très prochainement.

Edouard Philippe est également entré en contact avec lui ce jour-ci et s’est voulu rassurant. "Ne t’inquiète pas, ça m’en touche une sans faire bouger l’autre", a-t-il dit, en reprenant une expression de l’ancien président de la République Jacques Chirac.

Arnaud Robinet n’est pas le seul membre des Républicains à être à la fois proche de La République en Marche et fidèle à sa famille politique d’origine, rappelle Le Journal du Dimanche. David Lisnard, maire de Cannes, ou encore Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne, n’ont pas soutenu la liste de Nathalie Loiseau aux européennes. 

A la différence de leurs collègues, Christophe Béchu, maire d'Angers, et Olivier Carré, maire d’Orléans, ont "éclairci leur ligne politique" en quittant Les Républicains et rejoignant La République en Marche.

Arnaud Robinet reçoit finalement un soutien en demi-teinte du chef de l'Etat et du Premier ministre. En effet, comme le rapporte France Bleu Marne et France Inter  ce lundi 17 juin,  Arnaud Robinet aura comme adversaire Gérard Chemla, qui vient d'être déclaré officiellement candidat LREM à la mairie de Reims en 2020. Une manière de lui faire payer son soutien à la liste de François-Xavier Bellamy aux européennes.