Le paysage politique français s'est grandement recomposé ces derniers mois. Socialistes, Républicains, Frontistes... Planet fait le point sur ces noms dont vous allez entendre parler.
©AFP (montage)
Sommaire

Adrien Quatennens (LFI)

Elu député de la 1ère circonscription du Nord pour La France Insoumise, Adrien Quatennens a fait une entrée remarquée à l’Assemblée Nationale. Membre de la commission des Affaires Sociales, il a notamment planché sur la réforme du code du travail et à ce titre certaines de ses phrases ont été particulièrement remarquées. Âgé de 27 ans, il est désormais régulièrement invité sur les plateaux de télévision.

Dernière déclaration remarquée sur France Info : "Nous sommes des gens sérieux qui travaillons, qui nous préparons méthodiquement et tout ce que nous posons politiquement, cela reste autant d'étapes intermédiaires vers ce qui reste notre objectif ultime, la prise du pouvoir dans ce pays". 

Aurore Bergé (LREM)

Aurore Bergé, 30 ans, est présentée comme la nouvelle voix de la majorité LREM. Elle a été élue pour la première fois lors des récentes élections législatives en tant que députée de la 10ème circonscription des Yvelines. Son jeune âge ne doit pas tromper pour autant, cela fait 14 ans qu’elle milite. En janvier 2017, elle quitte les Républicains pour se rallier à Emmanuel Macron, un choix qu’elle défendra dans une longue tribune dans l’Obs

Dernière sortie en date : Aurore Bergé a critiqué la maire de Paris, Anne Hidalgo, en se moquant de l’absence de cyclistes sur une piste cyclable parisienne. Un adjoint de Paris a depuis précisé au Lab que la piste n’était  pas encore ouverte. 

 live depuis LA voie pompidou... https://t.co/ZwIC1MsvZE

Maël de Calan (LR)

Maël de Calan est le plus jeune des candidats déclarés à la présidence des Républicains. Juppéiste de 36 ans, son père et son grand-père ont été des élus. Avec un parcours sans faute (diplômé de Science Po et d’HEC), Maël de Calan a choisi de passer par le local pour remonter au national et faire entendre sa voix. Bémol : son côté macron compatible n’est pas vraiment digéré chez tous Les Républicains.

Boris Vallaud (PS)

Boris Vallaud n’est plus que le ‘’mari de’’. L’époux de Najat Vallaud-Belkacem a commencé tout doucement à s’imposer comme une figure incontournable du Parti Socialiste et a, à ce titre, été adoubé par Arnaud Montebourg. L’élu des Landes a été particulièrement actif concernant la réforme du code du travail.

Détail intéressant, il était dans la même promotion qu’Emmanuel Macron à l’ENA.

Ludovic Pajot (FN)

Dans cette nouvelle Assemblée Nationale, l’élu le plus jeune est à nouveau un élu Front National, il s’agit de Ludovic Pajot, 24 ans en novembre prochain. L’expérience du frontiste est déjà riche d’un poste de conseiller municipal à Béthune, et d’un poste de conseiller régional des Hauts-de-France. En juin dernier, il a été élu dans la 10ème circonscription du Pas-de-Calais, balayant sans problème le front républicain.

Lors de la fin de la dernière session parlementaire, il a été particulièrement actif sur le projet de moralisation de la vie politique.

Thierry Solère (Constructifs)

Thierry Solère est le leader des Constructifs, ce groupe de députés mélangeant LR et UDI qui a accepté de travailler avec la majorité présidentielle au cas par cas. Le sort réservé à cette trentaine d’élus va agiter la droite pendant un bon moment mais la porte de sortie semble déjà choisie pour leur leader : la création d’un nouveau parti. "Nous allons le faire, mais on ne crée pas un parti en trois jours!", a récemment précisé Thierry Solère au micro du JDD.

Téléchargez votre guide mutuelle (gratuit) !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.