Selon une étude réalisée par l'Ifop est révélée par L'Essor de la Gendarmerie, les scores du FN explosent à proximité des casernes. Explications.

La présidente du Front National connait un véritable succès chez les gendarmes. Selon une enquête Ifop publiée par L’essor de la Gendarmerie puis repérée par Paris-Match, la moyenne du vote frontiste à la présidentielle 2012 fut bien plus élevée chez les gendarmes mobiles que dans le reste de la société.

>> Lire aussi : Taubira comparée à un singe : prison ferme pour l’ex-candidate FN

Jusqu'à deux fois plus de FN que la moyenne des Français

Il ne s’agit pas d’une enquête directe comme l’institut peut le faire en sondant une catégorie socio-professionnelle. En recherchant à affiner la sociologie électorale du vote frontiste, l’Ifop s’est penché sur la spécificité des bureaux de vote.

Publicité
En se focalisant sur les lieux où il y a une caserne de gendarmes mobiles à proximité, les scores de Marine Le Pen sont plus importants à proximité de la caserne que dans le reste de la ville.

À titre d’exemple, à Dijon, le bureau de vote situé près du lieu de résidence des gendarmes mobiles affiche un score de 30.8% pour Marine Le Pen contre 13.4% sur toute la commune. Et ceci se vérifie à Rennes (19.8% contre 7.3%), Mont-de-Marsan (20.2% contre 13.5%), Melun (24% contre 17.4%) ou Hyères (42.1% contre 21.8%). En moyenne "la population considérée a voté 2 fois et demi plus pour la candidate du FN en 2012 que l’ensemble des Français" poursuit L’Essor de la Gendarmerie.

 

En vidéo sur le même thème : Quand marine Le Pen croise Jean-Luc Mélenchon 

 

 

 

En imagesLes phrases choc de Marine Le Pen

Viande halal

 Convention du Front national à Lille, le 18 février 2012.

Nicolas Sarkozy

Extrême gauche

En visite à la Réunion, le 7 février 2012, Marine Le Pen est prise à partie par des manifestants répondant notamment à l'appel du Front de gauche et du Mouvement des jeunes socialistes.

Jean-Luc Mélenchon

Le 19 janvier 2012, en réponse aux propos de Jean-Luc Mélenchon qui qualifiait la veille Marine Le Pen de "semi-démente".

Claude Guéant

En conférence de presse consacrée à dénoncer les "profits du CAC 40", le 17 mars 2011.

Immigration

 Le 25 février 2011, à propos du "printemps arabe" et de ses réfugiés...

Occupation

Le 10 décembre 2010, lors d'une réunion à Lyon avec 250 à 300 adhérents du FN, durant la campagne pour prendre la tête du parti.

Michel Drucker

Le 7 décembre 2010 sur Radio Classique, Marine Le Pen s'emporte contre Michel Drucker qui refuse de l'inviter dans son émission "Vivement dimanche", sur France 2.

Minarets

 Le 6 décembre 2009, dans l'émission "Dimanche Politique" sur I-Télé, en réaction à l'interdiction des minarets en Suisse (venant d'être votée).

Frédéric Mitterrand

 Le 5 octobre 2009, dans "Mots croisés" sur France 2, Marine le Pen accuse Frédéric Mitterrand... Par conséquent, elle demande la démission du ministre de la Culture. Ce dernier gardera son poste mais viendra, en réponse à la polémique engendrée, s'exprimer et "défendre son honneur" au JT de TF1 quelques jours plus tard.

Autres diaporamas

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité