Il est "l'homme de la rentrée". C'est ce mois-ci que la réforme qu'il porte – l'une des plus ambitieuse et potentiellement risquée – sera mise en application dans toute la France. En cas d'échec les conséquences pourraient être considérables…
IllustrationAFP

Ce ministre qui risque très gros en janvier : Gérald Darmanin et la mise en place du prélèvement à la source

"J’ai bien conscience que je joue gros, c’est un énorme enjeu. Bien sûr, si je rate, ce sera mauvais pour moi", reconnaît Gérald Darmanin dans les colonnes du Figaro. Le ministre de l’Action et des Comptes publics défend, depuis son entrée au gouvernement, l’une des réformes qui aura particulièrement effrayé le gouvernement : le prélèvement de l’impôt à la source. Pour BFMTV, la mesure est si risquée qu’un faux pas pourrait même coûter sa place au ministre…

Publicité

A lire aussi :Retraite complémentaire : cette très mauvaise nouvelle qui vous attend pour 2019

Publicité

Emmanuel Macron a d’ailleurs longuement hésité et pensé abandonner définitivement cette réforme, il y a quelque mois. D’après les informations de la chaîne il craignait à l’époque de "brûler son capital politique". C’est précisément parce que Gérald Darmanin s’est battu pour pouvoir mener ce combat que le président aurait décidé de le suivre…

Pour pouvoir mener à bien ce chantier phare du quinquennat, l’ancien ténor de la droite s’est retroussé les manches. "Ca fait bientôt quinze mois que je travaille dessus pour maîtriser entièrement cette difficile et belle réforme, et voire d’éventuels angles morts", explique-t-il dans Le Figaro. Entre les 17 sorties prévues en janvier pour faire de la pédagogie sur le sujet et toutes celles déjà réalisées, Gérald Darmanin cumulera bientôt 70 déplacements sur tout le territoire. Par ailleurs, 98 millions de courriers ont été envoyés aux Français.

"On ne peut pas me reprocher de ne pas avoir défendu la réforme, de ne pas avoir été très déterminé et très professionnel dans l’application" juge le ministre, qui a même mis en place une "war room" à Bercy, où ils retrouvent ses équipes toutes les semaines… Autre détail parlant, évoqué par le quotidien : ses "traits tirés" et ses "cheveux de plus en plus grisonnants".