Bien souvent, les femmes et hommes politiques doivent affronter des coups bas. L'un des ministres actuel aurait notamment été victime d'un piége de la part d'Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron : sa promesse à Jean-Yves Le Drian

"Le grand manipulateur". Voici le titre du livre de Marc Endeweld, sorti en avril 2019 (éd. Stock). L’ancien journaliste de chez Marianne y évoque plusieurs anecdotes au sujet d’Emmanuel Macron, notamment la façon dont le président de la République a gravit les échelons. L’auteur y décrit également la manière par laquelle le chef de l’Etat aurait "piégé" Jean-Yves Le Drian, l’actuel ministre de l’Europe et des affaires étrangères.

D’après le quotidien régional Breizh-Info qui s’appuie sur le livre, le locataire de l’Elysée aurait promis au politicien qu’il conserverait son poste de ministre de la Défense s’il devenait président. En effet, sous François Hollande, c’est Jean-Yves Le Drian qui dirigeait ce ministère. Vers la fin de mandat de l’ancien chef de l'état, le septuagénaire s’est alors rallié à la campagne d’Emmanuel Macron.

Publicité
Publicité

Oui mais voilà, les plans du futur président semblent avoir changé le temps de la campagne. Quelques jours avant qu’Emmanuel Macron n’annonce son gouvernement, ce dernier aurait lancé à Jean-Yves Le Drian "si c’est le Quai d’Orsay, ça va ?". C’est Nathalie Kosciusko-Morizet qui voulait absolument la défense, indique l’ouvrage. Toutefois, c’est Florence Parly qui gère aujourd’hui le ministère des Armées.

Jean-Yves Le Drian, son rôle aux côtés d’Emmanuel Macron

"À coup sûr, l’appui du ministre de la Défense a beaucoup joué dans le score royal que Macron a obtenu au second tour de la présidentielle en Bretagne (soit 75,87 % contre 66,10 % à l’échelon national", écrit Breizh-info.

Ce sont les adhérents au mouvement "En marche" qui auraient sollicité le soutien de Jean-Yves Drian. Tout au long de sa campagne présidentielle, Emmanuel Macron aurait fait cette fameuse promesse à l’ancien président du conseil régional de la Bretagne.

Publicité

Dans une interview accordée au Monde, le ministre de l’Europe et des affaires étrangères affirme être "le second du président", c’était en août 2017. Il n’empêche que Jean-Yves Le Drian est l’un des rares ministres, avec Annick Girardin, à avoir survécu aux deux gouvernements (Hollande et Macron).