Encarté La République en Marche, ce député n'a pas hésité à consommer le meilleur aux frais d'autres. Et, manifestement, il n'en est pas à son coup d'essai...
AFP

Caviar et champagne : un député adepte aux plus grands restaurants parisiens ?

Il préside la Commission de la Défense de l’Assemblée nationale, ancien maire de Fresnes, et député de la 7ème circonscription du Val-de-Marne. C’est également l’un des premiers soutiens – d’origine socialiste – du président de la République. Mais ce n’est pas la seule chose qui rend Jean-Jacques Bridey particulier, dévoile Mediapart. Il est également un grand adepte du luxe et des restaurants étoilés. Preuve en est : les notes de frais, absolument hallucinantes, qu’il a laissé derrière lui après avoir quitté ses fonctions locales, à l’été 2017.

A lire aussi : Des nuits d’hôtels luxueuses pour Christian Estrosi

Alors qu’il présidait la Société d’économie mixte locale d’aménagement de Fresnes (Semaf), entre 2016 et 2017 Jean-Jacques Bridey s’est fait rembourser 2 000 euros par mois, en moyenne. Ces sommes correspondent à de nombreux repas fastueux : l’ancien maire de Fresnes aimait s’installer aux meilleures tables de la ville, mais aussi dans des établissements étoilés de Rungis ou de Paris. Il y commandait alors du champagne, du caviar, des huitres ou, entres autres, des langoustines. Certaines additions dépassent les 600 euros. Pour deux couverts à L’Abeille, restaurant d’un luxueux palace parisien, la note s’établit à 680 euros… En moyenne, le prix de ces repas grimpe jusqu’à 150 euros environ.

Caviar et champagne : une habitude récurrente du député ?

"Si je l’ai fait, c’est que ça se justifie", a expliqué le principal intéressé, non sans insister : toutes les dépenses relevées par Mediapart étaient "en lien avec la Semaf". Toutefois, il n’est pas en mesure de donner les noms des invités avec qui il partageait ces somptueux repas.

Une explication qui interroge d’autant plus que le député n’en serait pas exactement à sa première fois. S’il n’est pas question de notes de frais, l’ancien président de la Semaf est aussi accusé d’avoir perçu indûment 100 000 euros, en profitant du cumul de ses mandats.

Vidéo : À quoi servent vos impôts ?

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.