Bygmalion : tous les protagonistes de cette vaste affaire
L'affaire Bygmalion fait la Une de l'actualité depuis quelques jours et différents volets de ce dossier ont été révélés. Planet.fr fait le point sur les différents protagonistes qui se retrouvent mêlés à ce scandale.

Jean-François Copé

1/9
Jean-François Copé

Le député-maire de Meaux est le personnage central du volet qui concerne l’UMP. Le président du parti d’opposition est soupçonné d’avoir surfacturé à la société Bygamalion fondée par deux de ses proches des évènements en marge de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012. Accablé, Jean-François Copé a même annoncé qu’il allait rendre les rennes de l’UMP le 15 juin prochain.

Nicolas Sarkozy

2/9
Nicolas Sarkozy

C’est pour masquer les folles dépenses de sa dernière campagne présidentielle que l’UMP aurait décidé de surfacturer des évènements et ainsi, ne pas dépasser la somme de 22 millions d’euros autorisée.

Me Patrick Maisonneuve

3/9
Me Patrick Maisonneuve

L’avocat de Bygmalion accuse l’UMP d’avoir surfacturé des évènements à son client en 2012.

Jérôme Lavrilleux

4/9
Jérôme Lavrilleux

L’ancien directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy et actuel directeur de cabinet de Jean-François Copé a récemment avoué sur le plateau de BFM TV avoir tenté de dissimuler l’explosion des frais de campagne de l’ex-président il y a deux ans. "Il y a eu l’engrenage irrésistible d’un train filant à toute vitesse. Ceux qui devaient tirer la sonnette d'alarme ne l'ont pas fait. J'en fais partie mais je n'étais pas seul dans le wagon", a-t-il confié les larmes aux yeux.

Voir la suite du diaporama

Bastien Millot

5/9
Bastien Millot

Proche de Jean-François Copé, il a fondé Bygmalion en 2008 avec Guy Alvès.

Dominique Dord

6/9
Dominique Dord

 

Guillaume Peltier

7/9
Guillaume Peltier

L’ancien trésorier de l’UMP (de 2010 à 2012) a récemment été entendu par les enquêteurs. Il doit notamment répondre de faux et usage de faux, d’abus de biens sociaux, d’abus de confiance et de recel.

Patrick de Carolis

8/9
Patrick de Carolis

 

Camille Pascal

9/9
Camille Pascal

Le vice-président démissionnaire de l’UMP est visé dans une enquête pour délit de favoritisme et prise illégale d’intérêts présumés. Son domicile a d’ailleurs été perquisitionné mardi. L’enquête fait suite à une plainte déposée en décembre 2012 par l’association de lutte anticorruption Anticor et à une décision du maire UMP de Menton, Jean-Claude Guibal. Ce dernier souhaite un "audit de communication accompagné de recommandations stratégiques" à la société Bygmalion et demande une "évaluation", un "accompagnement" et un "suivi des politiques publiques municipales" à la société Com1+, dirigée par Guillaume Peltier.