Des horaires de travail difficiles à vérifier 

Un point que mentionne également Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien-démocrate (PCD) qui a siégé à l’Assemblée du 20 juillet 2007 au 20 juin 2017, depuis remplacé par Aurore Bergé (LREM). "Généralement, il n’y a pas d’inscription de texte le lundi avant 16h pour laisser le temps aux députés d’arriver depuis leur circonscription. On ne légifère pas non plus le mercredi, du fait du Conseil des ministres. En outre, entre chaque séance de débat, il y a 8h de décalage", indique-t-il. A ses yeux, il est très difficile de quantifier véritablement le temps de travail moyen des députés, parce que "chacun accomplit son mandat comme il l’entend". "Il n’y a pas d’obligation de déposer des amendements, par exemple. Par ailleurs, en fonction de la commission dans laquelle on siège, la quantité de travail ne sera pas la même. Généralement, la commission de la Défense nationale et des Forces armées étudie un seul texte par législature. La commission des lois, celle finances ou celle des Affaires sociales, en revanche, sont toujours sur le front…", souligne l’ancien député, pour qui il faut aussi prendre en compte la quantité de textes déposés par le gouvernement. "En pratique, faire des semaines de 80h environ n’est pas aberrant pour un député", estime-t-il.

Retrouvez le goût d'apprendre ! Des milliers de cours interactifs 100% en ligne sur tous vos sujets préférés !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.