Le journal "L'Obs" révèle que François Hollande avait tout fait pour que sorte un album photos illustrant sa fin de règne. Avant lui, d'autres politiques ont été accusés de faire des caprices.
Sommaire

François Hollande et ses photos de fin de règne

© AFP

Quelques mois avant son départ de l'Elysée, François Hollande avait semble-t-il envie d'immortaliser ses derniers moments de président. L 'ancien président s'était attellé à "un livre photos" sur la fin de son quinquennat. La photoreporter Laurence Geai l'a suivi dans tous ses déplacements pour immortaliser les instants-clés de sa fin de règne.

Un projet que François Hollande a suivi avec assiduité et qui a inquiété son entourage. C’est un "caprice à haut risque" ont déploré certains de ses proches cités par L’Obs et qui craignaient que cet album photos contienne des clichés davantage nuisibles que profitables à l’image de l'ancien chef de l'Etat. 

Le ministre du Logement... délogé

 © AFP

Le journal l'Opinion a révélé en février 2016 une petite guerre entre deux nouveaux entrants au gouvernement, Jean-Michel Baylet et Emmanuelle Cosse. En effet, l’ex-président du PRG a réussi à déloger Emmanuelle Cosse de l’hôtel de Castries, somptueuse résidence située dans le VIIe arrondissement de Paris, pour y installer son ministère alors que ce lieu était dévolu à la première. Un comble pour Emmanuelle Cosse, alors nommée ministre du Logement...

Quel bureau est le plus grand ?

 © AFP

Une petite guerre de bureau qui rappelle chez les Républicains celle entre Laurent Wauquiez et Nathalie Kosciusko-Morizet en décembre 2014. Selon le Canard enchaîné de l'époque, p our vérifier qu'il n'avait pas un bureau plus petit que celui de la vice-présidente de  l'UMP (aujourd'hui Les Républicains),Laurent Wauquiez , son nouveau secrétaire général, a fait mesurer le sien. Il"a fallu aller mesurer les deux pièces pour prouver à Wauquiez qu'elles avaient rigoureusement la même superficie", avait fait savoir Hugues Anselin, chef de cabinet du directeur général de l'UMP, Frédéric Péchenard.

La présidence de la Cop21

 © AFP

C'était le petit caprice de Laurent Fabius au moment de sa démission du gouvernement : garder la présidence de la Cop21. Mais Ségolène Royal ne l'entendait pas de cette oreille et l'a fait savoir à François Hollande. Car, à la faveur du remaniement, le ministre de l'Ecologie a vu son champ d’action élargi aux Relations internationales sur le climat, ce qui incluait donc la présidence de la Cop21. Finalement, l ’ancien ministre des Affaires étrangères a décidé lundi soir d’y renoncer. 

Fleur Pellerin et les dorures

 © AFP

En avril 2014, Fleur Pellerin, alors secrétaire d’Etat au Commerce extérieur, aurait réclamé de travailler dans un hôtel particulier du très chic 7e arrondissement de Paris, selon Le Parisien. Une information démentie par l'intéressée sur son compte Twitter : "Rumeurs de presse infondées. Oui je suis à la recherche de locaux adaptés car le commerce extérieure est une compétence nouvelle pour le Quai [d'Orsay]. Non, je n'ai pas saisi le Quai puis Matignon. J'ai exposé ma demande au SGG qui est compétent pour l'installation physique des équipes. Et non je n'ai pas demandé un hôtel particulier. D'ailleurs, je ne suis pas fan de dorures !", avait-elle posté sur le réseau social.

Le jet privé comme moyen de locomotion

 © AFP

La voiture ? Très peu pour Nicolas Sarkozy. En juin 2015, le président des Républicains avait été épinglé par "Le Petit Journal" de Canal + pour s'être rendu à un meeting au Havre en jet privé. Il avait alors affrété un avion d’une compagnie privée pour effectuer la liaison Paris-Le Havre soit 196 km pour un montant total de 3 200 euros, le tout au frais du parti. Cette course de 40 minutes avait provoqué un scandale. Surtout que le Canard enchaîné révèlera la semaine suivante qu’il s’agissait en fait d’un caprice de Nicolas Sarkozy. Interrogé au sujet de cette nouvelle polémique, Frédéric Péchenard, le directeur général du parti de droite, avait déclaré : "On ne peut pas lui dire non. Il s’énerve quand on lui dit que sa demande n’est pas raisonnable."