Sommaire

BD pornographique : 35 000 tracts distribués par Christophe Castaner

Aux manettes de ce coup de génie politique, un certain Christophe Castaner. La bande dessinée est en effet une manœuvre du Parti Socialiste local pour décrédibiliser son adversaire et faire gagner Guy Ravier, le maire PS sortant. 35 000 tracts doivent être distribués à la population d'Avignon. Il ne manque plus qu'un exécutant pour ces basses œuvres.

Des cadres du PS d'Avignon portent donc leur dévolu sur Christophe Castaner, alors âgé de 29 ans et adjoint au directeur général des services de la mairie. C'est son premier poste de responsable politique d'envergure. Le jeune homme, intime d'une figure du grand banditisme marseillais, comme le rappelle Libération, sera donc chargé de diffuser les tracts.

L'affaire sera finalement portée devant la Justice, raconte Marianne. Christophe Castaner plaide alors une "faute d'inattention de 20 minutes" et livre sa version des faits : "Un militant m'appelle vers minuit. Il me réveille et me dit : 'Casta, je crois qu'on a fait une connerie.' Je n'avais pas vu la BD. Je me rhabille, je débarque et je dis stop !"

Une défense qui ne convainc pas le TGI d'Avignon, chargé du dossier. Dans un jugement rendu le 10 octobre 1996, celui-ci établit que "Christophe Castaner a été chargé de la distribution des brochures tirées à 35 000 exemplaires pour le prix de plus de 50 000 francs; il est aussi peu pensable qu’après avoir permis cette diffusion, il en eut arrêté celle-ci seulement vingt minutes après, en raison du nombre d’exemplaires répandus dans la ville d’Avignon".

Condamné pour "diffamations et injures publiques envers particulier, fonctionnaire ou citoyen chargé d’un service public par parole, écrit, image ou moyen audiovisuel" à payer 50 000 francs d’amende et 51 000 francs de dommages et intérêts, Christophe Castaner confirmera sa version des faits en 2018, dans un portrait dressé par le JDD  où il évoque une "erreur de jeunesse". "Christophe Castaner réfutait des réalités avec un aplomb hors du commun" se souvient cependant un habitant d'Avignon dans les pages de   Marianne, qui qualifie d'ailleurs l'article du Journal du Dimanche de "conciliant".

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.