Quoique très médiatiques, les grévistes opposants à la réforme des retraites ne constituent pas nécessairement, à eux seuls, une force électorale particulièrement inquiétante pour le chef de l'Etat. Pour autant, certains pourraient légitimement inquiéter Emmanuel Macron…
Avocats, militants, grévistes… De qui Emmanuel Macron doit-il avoir peur ?AFP

"La fronde des avocats est certes très médiatisée, mais cette profession ne compte que 70 000 personnes, ce qui pèse peu électoralement", rappelle sans ambages Jérôme Fourquet, directeur du département opinion et stratégies d'entreprise de l'institut Ifop, dans les colonnes du Figaro. Et le journal de poursuivre : aux yeux du chef de l'Etat, le vote des avocats n'est probablement pas "décisif". En somme, pas de quoi inquiéter Emmanuel Macron qui pourrait potentiellement se passer de ce vivier, si cela devenait nécessaire pour mener sa réforme. 

Dans tous les cas, le président de la République fâchera mécaniquement une partie de l'électorat, estime le sondeur. "Rassurer l'électorat de droite (et notamment sa composante retraitée), en prenant des mesures d'économie et de stabilité financière, ou répondre aux attentes de la centrale de Belleville et aux inquiétudes des enseignants, il faudra choisir…", précise-t-il.

Une question se pose alors : qui fâcher et qui caresser dans le sens du poil ? Pour Raul Magni-Berton, enseignant chercheur en sciences politiques à l'Institut d'Etudes Politiques (Sciences-Po) de Grenoble, spécialisé dans les domaines touchant à la démocratie, la citoyenneté, les élections, la redistribution, les révoltes et l'immigration, la réponse est toute trouvée. "En France, il n'y a pas plus gros vivier électoral que les personnes âgées. Non seulement, il est en croissance en pourcentage de la population puisque celle-ci à tendance à vieillir, mais en plus ils sont généralement plus actifs que les autres quand il est question d'aller voter", résume le politologue, affilié au Laboratoire Pacte, qui publiait récemment un livre intitulé RIC : Le référendum d'initiative citoyenne expliqué à tous.

Emmanuel Macron doit-il craindre les retraités ?

Selon lui, il n'y a d'ailleurs pas de doute possible : le président craint les votant les plus âgés. "Force est de constater que le chef de l'Etat, comme ses prédécesseurs avant lui, cherche à épargner les retraités. Alors même que sa réforme porte précisément sur notre système de solidarité inter-générations. Il s'agirait de ne faire aucune réforme susceptible de s'aliéner cet électorat. Après tout, c'est la première population à ne pas brusquer", explique l'enseignant.

D'autres populations présentent elles aussi un poids électoral considérable, rappelle-t-il. C'est le cas des Françaises et des Français habitant Paris, mais aussi de ceux qui ont opté pour une vie plus rurale. "Parce qu'il y a plus d'électeurs dans les grandes villes que dans nos campagnes, un vote individuel a plus de poids dans un petit village que dans une métropole", précise le chercheur.

Remportez un chèque cadeau de 500€ et offrez-vous un vélo électrique en participant au grand jeu concours.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.