Un homme de foi, catholique, a été assassiné en Vendée. Le père tué s'appelait Olivier Maire et n'a à priori pas été victime d'un terroriste. Ce n'est pas le premier prêtre à être attaqué ces dernières années.
Attentats, meurtres, assauts... Pourquoi les prêtres sont-ils si souvent pris pour cible ?Istock
Sommaire

"Tout mon soutien aux catholiques de notre pays après le dramatique assassinat d’un prêtre en Vendée", écrivait Gérald Darmanin sur Twitter, le lundi 9 août 2021. L’homme d’église qui a été tué s’appelait Olivier Maire et il officiait au diocèse local, dont il était le supérieur provincial, informe Europe 1. Il avait 60 ans et, à en croire les premiers  rapports d’autopsie, il est décédé "après avoir reçu des coups". Les sources policières ont pu écarter la piste d’une attaque au couteau, mais les causes de la mort n’ont pas encore été établies de manière très précise. L’autopsie doit permettre de les identifier. Dans l’immédiat, rien ne permet de penser que c’est l'œuvre d’un terroriste ou qu’un tel acte porte un message politique.

En effet, le principal suspect est un homme de nationalité rwandaise, déjà placé sous contrôle judiciaire dans le cadre de l’enquête sur l’incendie de la cathédrale de Nantes, survenu en juillet 2020. Il s’est lui-même présenté à la gendarmerie et souffre de troubles psychiatriques nécessitant la levée de sa garde à vue, jugée "incompatible avec son état de santé". Il est depuis à l’hôpital, où il doit être soigné. 

Meurtres, assassinats, attentats : les prêtres font-ils office de cible ?

C’est loin d’être la première fois qu’un prêtre devient la cible de tels gestes. Quand bien même les affaires diffèrent en tout point, il demeure difficile de ne pas penser à l’affaire Jacques Hamel, un sacerdoce égorgé dans sa propre église en 2016. A l’époque, les deux tueurs avaient été abattus par la police et leur geste revendiqué par l’Etat Islamique.

Plus récemment, le père Roger Matassoli était retrouvé mort dans l’Oise en 2019. Tué par asphyxie, il faisait l’objet d’une plainte pour "comportements inappropriés sur mineur". Sans oublier, bien sûr, le meurtre du sacristian de la basilique de Notre-Dame-de-l’Assomption à Nice, survenu en octobre 2020. Deux fidèles avaient aussi été tués au couteau. 

De quoi poser une question : les prêtres ont-ils une cible peinte sur le dos ?

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !