Emmanuel Macron craignait une attaque menée depuis les égouts de l'Élysée

Même une fois rentré à Paris, Emmanuel Macron vit très mal les événements du Puy-en-Velais. "C'était des gens, au fond,  qu'il reconnaissait comme ceux qu'il avait rencontrés, croisés. Et quand c'est des gens que vous reconnaissez et qu'au fond vous aimez, qui vous ciblent, maltraitent, vilipendent, lapident, ça fait beaucoup plus mal", explique son conseiller et ami François Bayrou, dans le documentaire de BFMTV.

La veille de l'acte IV des "gilets jaunes", le chef de l'État est pris de panique. Déjà décrit comme "stressé" ou "amaigri", il transforme le palais de l'Élysée en véritable bunker, rapporte la chaîne d'information en continu. Le service d'ordre du président envisage même une attaque en provenance des souterrains de la capitale !

"Il y a des informations qui circulent selon lesquelles les plans des égouts des quartiers autour de l'Élysée circulent sur internet, et que donc le palais présidentiel pourrait être l'objet d'une attaque de la part d'assaillants gilets jaunes par les égouts", détaille David Revault d'Allonnes, rédacteur en chef du service politique pour le Journal du Dimanche, devant les caméras de BFM.

"On demande aux collaborateurs du président de vider leurs ordinateurs, de vider tous les documents confidentiels qu'ils auraient pu laisser dans leur bureau", poursuit-il. "Une telle sécurité n'avait jamais été vue auparavant", souligne pour sa part Stéphane Séjourné, qui fut un temps le conseiller politique d'Emmanuel Macron. Avant cela, le président avait pourtant décidé de revoir l'organisation des services chargés de protéger de l'Élysée.

Participez à notre grand jeu de l'été ! Remportez des chèques cadeaux d'une valeur de 500 € et un mois gratuit à notre offre de divertissement Hedony !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.