Mercredi, le député de Haute-Corse a été condamné à trois ans de prison ferme pour avoir détourné, entre 2007 et 2010, des subventions publiques qui servaient notamment au financement de gîtes ruraux.

Le tribunal correctionnel de Bastia a rendu son verdict. Dans l’affaire des gîtes ruraux, le député divers gauche et ancien président du Conseil exécutif de Corse, Paul Giaccobbi, a été condamné mercredi à trois ans de prison ferme, cinq ans d’inégibilité et une amende de 100 000 euros pour détournement de fonds publics.

Il est accusé d’avoir mis en place un système clientéliste sur l’île entre 2007 et 2010, alors qu’il était président du Conseil général de Haute-Corse. Il aurait alors détourné près de 500 000 euros de subventions publiques du Conseil destinées à financer le tourisme en Corse et notamment la rénovation des gîtes ruraux.

Des élus et hauts fonctionnaires locaux impliqués

Paul Giacobbi a toujours nié les faits qui lui étaient reprochés. Plusieurs élus et fonctionnaires départementaux étaient également mis en cause dans ce vaste système de détournement de fonds à des fins personnelles. Au total, près de vingt-quatre personnes ont pu en bénéficier, dont le député de Haute-Corse qui en était le "grand ordonnateur" selon le procureur de la République, Nicolas Bessone.

Publicité
D’après Le Point, les peines prononcées vont de trois ans de prison ferme à trois mois avec sursis. Seuls Paul Giacobbi et le conseiller départemental Paul-Marie Mancini ont été condamnés à une peine de prison ferme. L’avocat du député corse parle d’un "assassinat politique" et annonce qu’il fera appel.

En vidéo sur le même thème - Fraude fiscal : trois ans ferme pour Jérôme Cahuzac qui fait appel

mots-clés : Député, Corse, Prison ferme

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité