L'accord avec Bouygues a été conclu hier après midi et a été confirmé dans la soirée par le ministre de l'Economie et de l'Industrie Arnaud Montebourg. Celui-ci prévoit l'entrée de l'Etat au capital de l'entreprise à hauteur de 20%.
© AFP

 

Dimanche 22 juin, Arnaud Montebourg a annoncé sur le plateau de David Pujadas un accord avec Bouygues permettant à l’Etat d’entrer au conseil d’administration d’Alstom dès que l’alliance avec General Electric sera actée.

Cet accord prévoit que 20% du capital sera racheté par l’Etat d’ici deux ans afin de devenir à terme le principal actionnaire de la firme. Bouygues cède également ses droits de vote au conseil d’administration à l’Etat.

Lire aussi : Montebourg dénonce les hausses "indécentes" des salaires des patrons

L’État prend part au capital sous forme d’option d’achat des actions valable 20 mois. Le prix de celles-ci n’est toutefois pas encore fixé. Bercy préconise un rachat au prix du marché, soit 28 euros, alors qe Bouygues voudrait que l’action soit vendue 35 euros en raison de la valeur de l’entreprise.

Montebourg crie victoire

"Finalement nous avons gagné la bataille" a indiqué, pas peu fier, Arnaud Montebourg. Ce dernier s’est félicité d’avoir préservé des emplois et de s’être donné les moyens d’en créer 1000 sur trois ans. Enfin, le colocataire de Bercy peut se vanter d’avoir évité le "dépeçage" de ce fleuron industriel.

 Lire aussi : Alstom : que reste-il des fleurons de l’industrie française ?
Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Nordahl Lelandais : une nouvelle plainte déposée pour la mort d'un jeune homme de 18 ans