A un mois des élections régionales, le gouvernement est accusé par l'opposition d'amateurisme et surtout de ne pas vouloir froisser l'opinion avant le scrutin de décembre.
AFP

Mardi soir à l’Assemblée nationale, le gouvernement a revu sa copie sur plusieurs dossiers fiscaux. L’un d’eux a même carrément été abandonné.

En effet, Ségolène Neuville, secrétaire d’Etat aux personnes handicapées, a annoncé mercredi à l’Assemblée nationale que le gouvernement abandonnait l’idée d’un nouveau mode de calcul de l’allocation adulte handicapé (AAH), prévu dans le budget 2016. Cette décision fait suite aux appels de députés socialistes, écologistes et de l’UDI qui avait dénoncé "une mesure vexatoire", "une grave erreur", un "racket".

Le projet de budget prévoyait de prendre en compte dans le calcul de l’AAH les intérêts non imposables des comptes épargne, ce qui aurait réduit le montant de l’AAH (actuellement de 807 euros mensuel) mais aurait aussi fait perdre des droits connexes ouverts à ceux qui touchent l’AAH à taux plein.

Dotations aux collectivités, APL, aide juridictionnelle…

Mais cette "reculade" n’est pas la seule, puisque dans la foulée, Manuel Valls, dans le huis clos de la réunion des socialistes à l’Assemblée, a annoncé le report de la réforme controversée des dotations de l’Etat aux collectivités territoriales au 1 er janvier 2017 contre 2016 en première instance. Beaucoup de maires avaient manifesté contre cette réforme.

A lire aussiSous les huées, Manuel Valls enterre une promesse de Hollande

Dans le même temps, le gouvernement a assuré mardi soir qu’il n’y aurait pas de "remise en cause" des aides aux logements pour les étudiants, alors qu‘un amendement déposé par des députés socialistes voulait cibler les APL. Si on ajoute à cela, Christiane Taubira qui fit machine arrière il y a quinze jours sur l’aide juridictionnelle, mis bout à bout, ces renoncements commencent à faire beaucoup.

Bayrou dénonce une "ambiance de panique électorale"

Si bien que la droite ne se prive pas pour critiquer le gouvernement, tel le sénateur des Hauts-de-Seine Roger Karoutchi, sur Twitter :

François Bayrou, invité ce mercredi de BFMtv, a également dénoncé l'attitude du gouvernement. "Il y a un amateurisme, une ambiance de panique électorale qui est en train de se créer, dans laquelle le gouvernement abandonne l'une après l'autre des mesures qui pour un bon nombre d'entre elles étaient mauvaises. ", a expliqué le président du Modem.

Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, a indiqué ce mercredi sur France 2 : "On ajuste, on écoute et on avance. Voilà le principe et la méthode".

Vidéo sur le même thème : Aides aux handicapés: l'opposition dénonce l'amateurisme du gouvernement 

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !