L’aller-retour effectué samedi par Manuel Valls à Berlin a coûté plusieurs milliers d’euros aux contribuables mais pourrait également lui coûter cher, notamment en termes d’image.

Le voyage effectué samedi dernier par Manuel Valls a du mal à passer. Le Premier ministre a en effet utilisé un avion gouvernemental pour se rendre à Berlin et assister à la finale de la Ligue des champions. Un aller-retour express qui aurait coûté plus de 14 000 euros aux contribuables français et dont ont également profité deux des enfants du chef du gouvernement.

"La fin de la République exemplaire" ?

Face aux vives critiques exprimées par l’opposition et malgré les tentatives des ténors de la majorité pour voler à son secours, Manuel Valls se retrouve actuellement au cœur d’une polémique. Certains éditorialistes évoquaient ce mercredi matin sa première "grosse erreur", une balle tirée "contre son camp" et même "la fin de la République exemplaire". Un véritable coup dur pour le Premier ministre. Les prochains sondages devraient certainement témoigner d’une baisse de popularité pour celui qui jusqu’à présent parvenait à faire mieux que le président. "J'avoue que la nouvelle du jour avec ses deux enfants, si elle se vérifie, si elle est confirmée, je trouve que ça commence à faire beaucoup, qui plus est quand on nous donne en permanence des leçons de morale", a commenté sur France 3 le député LR Benoist Apparu.

"La règle c’est de payer son billet"

Ce voyage à Berlin pourrait également avoir des conséquences sur le porte-monnaie de Manuel Valls. En effet, et ainsi que l’a rappelé le député PS René Dosière en début de semaine, s’il est tout à fait admis que le chef de l’Etat et le chef du gouvernement utilisent les avions officiels pour des déplacements privés, ils doivent en revanche rembourser une partie de ces frais. La plupart du temps, cette somme correspond au prix qu’ils auraient dû payer s’ils avaient voyagé en classe affaire, croit savoir Le Monde. Un point qui n’a semble-t-il pas échappé à Florian Philippot, le vice-président du Front National, lequel a tweeté :

"Valls a commis une erreur : ne pas assumer. La règle, c’est de payer son billet quand il s’agit de déplacements privés", a quant à lui commenté sur BFM TV l’ancien Premier ministre François Fillon.

Sera-t-il contraint de démissionner ?

Au-delà du remboursement, à droite certains ont également appelé à la démission de Manuel Valls. "Je pense que François Hollande doit se poser la question de savoir s’il peut le maintenir aujourd’hui à son poste, parce qu’on a un Premier ministre qui, au lieu de s’occuper des problèmes des Français, a passé sa semaine à Roland-Garros, a fait un aller-retour au Congrès du PS et est allé, avec les moyens de l’Etat, assister à ce match de football", a raillé le député LR Daniel Fasquelle.

Publicité
Une option qui semble cependant peu envisageable compte tenu du soutien que le chef de l’Etat à rapidement témoigné au Premier ministre, rapidement suivi par Jean-Christophe Cambadélis, le patron du PS et Claude Bartolone, le président de l’Assemblée nationale.

Vidéo sur le même thème : Manuel Valls s'exprime sur son déplacement à Berlin pour voir la finale de la Ligue des champions 

mots-clés : Manuel valls

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité