Invité au 18e salon Vinexpo dimanche à Bordeaux, le président de la République n’a pas hésité à défendre la filière viticole, frôlant les limites de ce que la loi Evin, actuellement remise en question, autorise.

François Hollande a été confronté à un exercice difficile dimanche. Invité au 18e salon Vinexpo qui réunit chaque année les professionnels et les amateurs du vin et des spiritueux à Bordeaux, le président de la République a dû défendre la filière viticole tout en veillant à ne pas enfreindre la loi Evin. Un tour d’équilibriste d’autant plus compliqué que le chef de l’Etat est un bon vivant et que la loi Evin fait actuellement débat. Votée en 1991, cette loi relative à la lutte contre le tabagisme et l’alcoolisme interdit de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif et les transports en commun. Elle limite par ailleurs fortement le droit de faire de la publicité pour les boissons alcoolisées. Or, la loi Macron qui actuellement examinée à l’Assemblée nationale, contient un amendement accusé de remettre en cause ce dernier point.

Je refuse de "remettre en cause les équilibres (…) en matière de publicités sur les alcools", a déclaré François Hollande dimanche rejoignant ainsi la ministre de la Santé Marisol Touraine qui a affirmé vouloir faire "tout ce qu’il faut" pour que cet amendement soit "supprimé".

A ire aussi -François Hollande et Julie Gayet : un rendez-vous dans le Bordelais ?

Sa simple présence à cet évènement, une infraction à la loi ?Mais, et même si le président s’est clairement prononcé contre une quelconque modification de la loi votée en 1991, sa simple présence au Vinexpo a suffi à faire réagir l’opposition. "On peut se poser la question si François Hollande lui-même ne serait pas sanctionnable du fait de la loi Évin, telle qu'elle existe aujourd'hui", a en effet estimé le porte-parole des Républicains, Sébastien Huyghe, lors d’un point presse lundi et ainsi que l’a remarqué le Lab d’Europe 1. Selon lui, le fait que François Hollande se soit rendu à ce salon pour soutenir la filière viticole constitue une mise en avant de la filière viticole.

Publicité
Rappelant que la Cour de cassation condamne "tout acte en faveur d'un organisme, d'un service, d'une activité, d'un produit ou d'un article ayant pour effet quelle qu'en soit la finalité de rappeler une boisson alcoolique", le député LR a ensuite conclu que François Hollande "est sous le coup d'une condamnation au titre de la loi Évin".

Vidéo sur le même thème : A Bordeaux, François Hollande évoque la loi Evin

mots-clés : François hollande

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité