"Je ne fais pas partie de ceux qui pensent que les fonctionnaires sont des privilégiés", a notamment lâché l’ex-compagne de François Hollande sur Twitter.

Valérie Trierweiler ne s’est pas laissé faire sur Twitter. L’ex-compagne de François Hollande a répondu à un tweet d’un internaute, qui avait fait le parallèle entre son arrivée à l’Elysée en 2012 et l’affaire Penelope Fillon, soupçonnée par Le Canard Enchaîné d’avoir touché 500 000 euros pendant 8 ans dans un emploi jugé comme fictif.

"Je pense surtout au lynchage général"

Juste après l’élection de François Hollande, Valérie Trierweiler - qui avait quitté la rubrique politique de Paris Match pour la culture - avait été ouvertement critiquée pour avoir décidé de poursuivre sa carrière de journaliste alors qu'elle était Première dame.

"Je repense au pataquès qu'avait provoqué la venue de Trierweiler à l'Elysée pour #lesrepublicains. On se marre bien plus avec #PenelopeGate!", a estimé cet internaute. Valérie Trierweiler a répondu à cette comparaison, en rappelant le lynchage général qu’elle avait subi à l’époque. "Je pense surtout au lynchage général pour m'être battue afin de conserver mon job, exercé alors depuis 24 ans, pour 4100 euros net", a lâché la journaliste sur Twitter.

Publicité
Valérie Trierweiler, interpellée aussi sur le montant de son salaire, n'a pas manqué l'occasion d'attaquer le programme de François Fillon. "Allo?! Ici la Terre! Le salaire d'un fonctionnaire de catégorie B avec 20 ans d'ancienneté = 1700 € nets", avait lancé une abonnée de Twitter. "Je ne fais pas partie de ceux qui pensent que les fonctionnaires sont des privilégiés", s'est défendue Valérie Trierweiler. 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité