Dans l'affaire portant sur les soupçons d'emploi fictif visant Penelope Fillon, "Le Parisien" révèle que les enquêteurs n'ont retrouvé ni badge, ni messagerie électronique au nom de la compagne de François Fillon à l'Assemblée nationale. 
AFP

Les mauvaises nouvelles continuent de tomber pour le couple Fillon dans l'affaire des soupçons d'emploi fictif. Les enquêteurs, présents à l'Assemblée nationale mardi, n'ont retrouvé aucune trace de badge ou de messagerie électronique appartenant à Penelope Fillon.

A lire aussi -Affaire Penelope Fillon : menacée, la biographe de François Fillon contre-attaque

Une information révélée par Le Parisien  et qui n'arrange guère le camp Fillon. Les policiers et magistrats en ont désormais le cœur net : "Penelope Filon ne disposait ni de badge d'accès, ni de messagerie électronique spécifique, lorsqu’elle était assistante parlementaire de son mari, entre 1998 et 2007", explique le journal.   

"Il n'y a aucun assistant sans badge"

Me Antonin Lévy, l'avocat de François Fillon, a confirmé cette information au Parisien. Dans sa ligne de défense, il a indiqué : "De nombreux assistants parlementaires venant de province ne disposent pas de badge. Penelope Fillon est loin d’être la seule dans ce cas. Quant à la messagerie électronique, elle n’en avait pas... tout simplement parce que la grande majorité des assistants parlementaires n’en ont pas. Ces deux points ne sont donc pas un sujet". En revanche, des sources internes au palais Bourbon assurent qu'"il n'y a aucun assistant sans badge".

Le Parquet national financier (PNF) négocie toujours avec l'Assemblée nationale afin d'obtenir des documents concernant Penelope Fillon. Les enquêteurs visent notamment les fiches de paie de l'épouse du candidat à l'élection présidentielle.

Des documents ont pu être obtenus mardi matin par les enquêteurs de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), a-t-on appris toujours auprès du Parisien

Vidéo sur le même thème : Une journaliste de BFMTV insultée pendant le meeting de François Fillon