Sommaire

Les graves affaires de moeurs politiques : le scandale Franklin (1988)

Lawrence E. King est un homme politique américain, contributeur généreux du Parti républicain et étoile montante de la droite états-unienne. Ancien vice-directeur du National Black Republican Council, un cercle de réflexion et d'influence afro-américain interne au Parti républicain, il est également membre de la Franklin Community Federal Credit Union, une institution financière du Nebraska.

Inculpé pour détournements de fonds, il se retrouve au coeur d'un scandale sexuel lorsque le New York Times du 18 décembre 1998 relaie des allégations graves, jugées crédibles par le sénateur à l'origine de l'affaire. Il parle de "garçons et filles, certains provenant d'orphelinats, qui auraient été transportés dans le pays par avion pour prodiguer des actes sexuels pour lesquels ils ont été rémunérés". Force est de constater plusieurs similitudes avec l'affaire Epstein.

Le Washington Times, dans son édition du 29 juin 1989,  accuse   en une des personnalités des administrations Reagan et Bush père de faire partie de ce réseau. La une parle néanmoins de "prostitution homosexuelle" et ne fait nullement référence à la minorité des victimes et au caractère pédo-criminel du scandale.

L'organe législatif du Nebraska convoque un comité d'enquête et un grand jury pour examiner l'affaire. Après des heures d'auditions de témoins, ce jury conclut à un "canular particulièrement subtil et soigneusement préparé" ainsi qu'à l'absence de "preuve de viol d'enfant, de leur transport par l'autoroute, de trafic de drogue ou d'implication dans un réseau pornographique". Le président du comité d'enquête, Loran Schmit, qualifia ce rapport d'"étrange document".

En juin 1991, Lawrence King sera néanmoins reconnu coupable de conspiration, de détournements de fonds et de falsification de comptes, et condamné à 15 ans de prison pour les malversations commises dans le cadre du Franklin Community Federal Credit Union. Il fut libéré après dix ans.

En 1993, Yorkshire Television, une chaîne d'information britannique, envoya une équipe dans le Nebraska pour mener sa propre enquête. Elle avait un contrat avec la chaîne américaine Discovery Channel pour produire un documentaire sur l'affaire, destiné à la télévision américaine. Intitulé Conspiracy of Silence ("La Conspiration du silence"), il devait être diffusé dans tout le pays, mais aurait été annulé avant d'avoir pu être télédiffusé. Ce documentaire peut en revanche être visionné sur internet.

En 1999, Lawrence King sera condamné par un tribunal du Nebraska à verser un million de dollars de dommages et intérêts à un homme qui l'accusait de kidnapping, de domination mentale et de viol dans le cadre d'un rituel sataniste, ainsi que de tortures physiques et psychologiques. Lawrence King fit appel de cette décision, avant de se raviser et d'abandonner l'appel, comme l'indiquait le 18 juin 1991 le journal américain Omaha World Herald  dans son édition papier.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.