La secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes a apporté son soutien à Nicolas Hulot dans une tribune publiée ce dimanche 11 février dans le Journal du Dimanche. Elle y condamne fermement l'article d'Ebdo ayant révélé ces accusations.

Marlène Schiappa sort du silence. Dans une tribune publiée ce dimanche 11 février dans le Journal du Dimanche, la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes apporte son soutien à Nicolas Hulot, accusé de violences sexuelles par deux jeunes femmes. Elle a jugé "irreponsable" l'article du magazine Ebdo révélant ces accusations.

Marlène Schiappa estime que "le viol est une affaire trop grave pour être instrumentalisée politiquement". Elle assure que "la justice se rend dans les tribunaux, pas les médias". L'appel des journalistes du magazine à témoigner est une entrave à la prise en charge adéquate des victimes selon la ministre. La petite fille de François Mitterrand, auteure de la plainte pour viol contre Nicolas Hulot, a d'ailleurs déclaré regretter la médiatisation de l'affaire.

Un article discréditant le mouvement #MeToo

"Quand j'entends sur un plateau de télévision l'une des auteurs [de l'article] dire solennellement qu'elle appelle les femmes victimes de viol, 'par lui ou un autre', à contacter la presse, je trouve cela abject. Parler d'une agression sexuelle pour la première fois doit pouvoir se faire dans un cadre sécurisé, pour le bien de la victime, auprès de personnes formées ou empathiques qui n'ont aucun intérêt personnel à l'orienter vers tel ou tel point", a estimé la ministre.

Publicité
La secrétaire d'État remet en cause les motivations des auteurs du papier de l'Ebdo dans cette affaire et le sérieux de leur investigation. Elle juge que "cet article, mettant sur le même plan des ragots de harcèlement sexuel (démentis même par la femme supposée harcelée!), une plainte pour viol classée et le mouvement de libération de la parole des femmes, offre une occasion en or à celles et ceux qui voulaient discréditer #MeToo et reprendre le 'business as usual'."

En vidéo sur le même thème : Miss France : la prise de position inattendue de Marlène Schiappa

 

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité