A son plus bas historique, la gauche serait terrassée en cas de législativesAFP
C’est la conclusion alarmante faite par le sondage CSA pour Le Figaro dévoilé ce mercredi. Plus de détails.

La gauche n’a jamais été aussi mal sous la Ve République. Voici ce qui ressort d’un sondage* CSA pour Le Figaro publié ce mercredi. En effet et selon ses résultats, s’il venait à y avoir une dissolution de l’Assemblée nationale et donc ensuite des élections législatives, la gauche se ferait écraser par la droite. Cette dernière réussirait à décrocher quelque 500 sièges sur l’ensemble de 577… Une véritable claque pour la majorité. "Un record jamais atteint", écrit même Le Figaro.

A lire aussi -Quelles seraient les conséquences d'une dissolution de l'Assemblée nationale

Publicité
Publicité

La gauche devrait se partager entre 56 et 66 sièges seulement
Dans le détail, l’UDI, le MoDem, l’UMP, divers droite et Debout la France remporteraient entre 485 et 505 sièges, tandis qu’EELV, le PS, le MRC, le PRG et le Front de gauche se partageraient entre 56 et 66 sièges. De son côté le Front National qui ne compte que deux députés depuis 2012 en récupèrerait entre 14 et 24 élus ! Des chiffres qui ont de quoi faire pâlir la gauche, laquelle compte actuellement 338 sièges dans l’Hémicycle et ce, sans compter les élus de gauche non-inscrits.

Un scenario pire que celui de 1993
Autre conclusion alarmante qui ressort de ce sondage : en cas de scrutin à la proportionnelle intégrale, aucune majorité ne parviendrait à se dégager et l’Assemblée risquerait d’être bloquée. L’UMP et l’UDI pourraient toutefois en sortir vainqueurs, mais seulement avec une majorité relative de 208 à 248 sièges. La gauche, elle,  en compterait de 180 à 220 et le Front national pourrait obtenir entre 138 et 159 sièges. Récemment soulevée par quelques élus, cette question n’a cependant fait l’objet d’aucune annonce de la part du gouvernement.  

Le scenario présenté par cette étude s’annonce ainsi bien pire que celui des législatives de 1993. Cette année-là, la gauche avait essuyé un sérieux revers en ne remportant que 70 sièges (57 pour le PS et 23 pour le PC).

*Ce sondage a été "réalisé circonscription par circonscription (...) sur la base d'un sondage d'intentions de vote, accordant 24% des voix à l'UMP, 23% au FN, 18% au PS, 12% au centre, 8% au Front de gauche et 7% aux Verts", précise l’étude.

A voir sur le même thème : l a dissolution de l'Assemblée nationale réclamée dans l’opposition