D'aucuns, à droite, semblent persuadés que la réforme des retraites finira par passer avec un 49.3. Pourtant, si Emmanuel Macron entend forcer la main aux parlementaires, il peut potentiellement employer d'autres outils. Explications.
Sommaire
49.3, ordonnances… De quoi dispose Macron pour passer sa réforme en force ?AFP

"Ils n'auront pas le temps de faire autrement", assure un "membre de l'opposition" dans les colonnes du Figaro. A ses yeux, le gouvernement n'aura pas d'autres solutions que d'imposer sa réforme des retraites via un recours au 49.3. Un avis partagé par tout ou partie des parlementaires Les Républicains (LR), poursuit le quotidien. 

Il faut dire que le projet défendu par le gouvernement est très contesté : de nombreuses organisations syndicales (CGT, FO, par exemple) invitent encore à la grève après plus d'un mois de mobilisation auxquelles se sont parfois ajoutées des manifestations. La prochaine devrait d'ailleurs avoir lieu le jeudi 16 janvier 2020, rapporte France Info.

Face à une telle mobilisation, le Premier ministre a récemment pris la plume et rédigé un pli à l'attention des partenaires sociaux. Dans sa missive, il explique renoncer à l'une des mesures les plus controversées : la mise en place d'un âge-pivot, pensé pour retarder le départ à la retraite des actifs. 

En invitant les syndicats et le patronat à s'asseoir à la table des négociations, Edouard Philippe dit vouloir pousser les partenaires sociaux à trouver une autre solution pour garantir l'équilibre financier du système avant la réforme. Toutefois, selon l'ancien maire du Havre, seule une mesure d'âge pourra le permettre, indique l'agence de presse Reuters.

Un 49.3 pour faire passer la réforme des retraites ?

Problème ? Si la "conférence de financement" des retraites - du nom donné aux négociations entre le patronat et les syndicats - durait trop longtemps, les députés pourraient alors découvrir un texte à trou, ne comportant pas le volet financier, s'inquiète Damien Abad, parlementaire Les Républicains élu à Nîmes. 

Il dénonce le risque d'un "passage préalable en commission mixte paritaire", susceptible de "fixer le financement en catimini". "Ce serait alors une manière d'éviter le débat dans l'Hémicycle", s'insurge-t-il dans Le Figaro. D'où la crainte d'un 49.3.

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.