Edouard Philippe s'est rendu dans les Hautes-Alpes la semaine dernière. Selon le Canard enchaîné, le déplacement s'est avéré très onéreux.
AFP

150 000 euros de déplacement : une visite de quelques heures

Le Premier ministre, Edouard Philippe, était à Chaillol dans les Hautes-Alpes pour assister aux Assises de l’eau, le 29 août dernier. Si l’aller-retour n’a duré que quelques heures, en revanche son coût n’est pas minime selon le Canard enchaîné rapporte BFMTV.

D'après les calculs du journal satirique, la visite express du chef du gouvernement aurait coûté 150 000 euros. La note élevée laissée par Edouard Philippe serait due notamment à un concours de circonstances. Accompagné de la députée Barbara Pompili, de la secrétaire d’Etat Brune Poirson et d’un groupe de journalistes, le Premier ministre devait emprunter deux avions Casa, des cargos militaires, au départ de Paris.

A lire aussi :  Nicolas Hulot en larmes : sa femme intervient en plein direct avec un geste tendre

150 000 euros de déplacement : un cargo militaire en panne

Problème, l’un des avions est tombé en panne. Il a alors été remplacé par deux hélicoptères Puma. Cependant, le temps du transport dans les Hautes-Alpes, un autre cargo militaire a été affrété sur place pour assurer le retour à Paris d’Edouard Philippe et son équipe. Les journalistes, quant à eux, ont rejoint la capitale en hélicoptère.

Pour obtenir cette facture, le Canard enchaîné s’est basé sur les tarifs "définis par la Cour des comptes". Du côté des services du Premier ministre, le montant établi par le journal satirique est contesté. Ils estiment pour plutôt le coût du déplacement à 80 000 euros, rapporte BFM TV.

La chaîne d’information, dont une équipe faisait partie du déplacement, précise que les rédactions prennent en charge le coût de transport de leurs journalistes.

Téléchargez votre guide mutuelle (gratuit) !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.