Sommaire

Retraite : quel PEA faut-il privilégier ?

Fiscalement, le titulaire d’un PEA bancaire a beaucoup à gagner par rapport à un simple compte-titre ordinaire : les retraits effectués après 5 ans sont exonérés d’impôt. Ils sont simplement assujettis aux prélèvements sociaux à 17,2%.

La donne est également plus favorable en cas de sortie anticipée. Depuis le 1er janvier 2019, la taxation des retraits ou des rachats effectués avant 5 ans s’effectue via le prélèvement forfaitaire unique de 30 % (12,8% d’impôt + 17,2% de prélèvements sociaux). Auparavant s’ils intervenaient dans les 2 ans suivant l’ouverture du PEA, ils étaient à 39,7%, puis à 36,5% entre 2 et 5 ans.

Evidement, le PEA expose son titulaire à des risques puisque le capital investi n’est pas garanti. Mais comme le prouvent différents travaux, dont ceux de l’AMF, le placement en actions est l’un des plus rentables sur le moyen/long terme, la durée permettant de lisser les effets des trous d’air que traversent les marchés.

Le PEA peut être géré par un tiers, le banquier ou l’assureur investissant alors les fonds en fonction d’un profil de risque défini préalablement avec le titulaire du plan. La diversification du portefeuille est maintenue grâce à un fonds "diversifié", mélangeant actions et obligations de différentes secteurs et zones géographiques. Ou grâce à un investissement dans plusieurs fonds n’évoluant pas tous dans la même direction selon les évènements. Les professionnels parlent alors de fonds "décorrélés". Certains montent par exemple quand la bourse baisse…

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.