Sommaire

Patrimoine de Jean-Paul Belmondo : escroc malgré lui ?

De fait, lorsque Jean-Paul Belmondo s’éprend, en 2009, de Barbara Gandolfi (cette femme d’affaires belge, ex-mannequin, connue pour avoir participé à la version flamande de l’Île de la tentation et fait quelques couvertures de Playboy) peut-être ne se doute-il pas que cette dernière envisage de le délester de quelques centaines de milliers d’euros. A l’époque, la justice française s’intéresse de près à certains biens immobiliers lui appartenant. Des enregistrements prouvent, en effet, (nous sommes en 2010) que Barbara Gandolfi, ainsi que l’ex-compagnon de cette dernière, envisagent de soudoyer l’acteur à coups de prêts. Ils sont alors accusés d’abus de faiblesse et d’escroquerie.

Deux ans plus tard, Jean-Paul Belmondo la somme de quitter la villa belge qu’il partageait à l’époque avec elle. Une demeure de haut vol située à Ostende qu’il aurait réussi à revendre plus de 800 000 euros suite à son divorce. Histoire de tourner définitivement la page Playmate.

Reste à savoir, dorénavant ce que l'acteur pourrait laisser à ses quatres enfants. Outre le souvenir de leur père et l'héritage culturel, qui n'est probablement pas prêt de les quitter, Paul, Florence, Stella et Patricia pourraient aussi toucher tout ou partie de la fortune de feu leur paternel. Les dispositions testamentaires de Jean-Paul Belmondo n'étant pas connues à ce jour, il est impossible de dire avec certitude ce qui va se passer. Cependant, en se basant sur le droit français, il apparait important de rappeler que certaines règles s'appliquent.

Ainsi, si Jean-Paul Belmondo n'a pas fait de testament, ses biens iront à ses descendants (enfants, petits-enfants et arrières petits enfants). Puisqu'il n'était pas marié au moment de son décès, ses anciennes compagnes n'auraient pas de droits particuliers à sa fortune. En revanche, poursuit le site du service public, si l'acteur a fait savoir ses dernières volontés les choses pourraient différer. Cependant, il demeurait alors contraint de réserver une partie de sa fortune à ses descendants. Le reste peut aller à quiconque, pour peu qu'il l'ait décidé.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités people,
en vous abonnant à la newsletter FemmesPlus.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.