Touristes en surnombre, prix exorbitants, centre historique bondé, la perle de l'Adriatique s'est transformée en machine à détrousser les visiteurs. Notre journaliste l'a visitée... et n'en est pas enchanté !
AFP

Avis aux agoraphobes ! 

De toutes les villes côtières européennes, Dubrovnik est certainement en tête des pièges à touristes. Le ton est donné dès que l’on franchit l’une des deux deux entrées perçant les remparts de cette ville-citadelle, construite en surplomb de l’Adriatique : le passage est divisé en deux par une corde tirée sur la longueur. A gauche, les touristes quittant la cité historique. A droite, ceux qui tentent d’y entrer. Il ne manque que des feux rouges à piétons !

Inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, Dubrovnik attire grâce à la mer et à son architecture de toute beauté. Bien sûr, en 1991, lors du siège de la ville, des obus de mortier serbo-monténégrins sont tombés sur cette cité-forteresse. Mais, comme ce fut le cas, après le pilonnage (3000 boulets tirés) de la marine monténégrine en 1806, les Croates ont ressorti leurs truelles. Les dégâts ont été réparés. Aujourd’hui la ville donne le sentiment d’être dans son jus. Elle a d’ailleurs servi de décor aux scènes en extérieur de Port-Réal dans la série Game of Thrones. Ses fans ?, plus de 2 millions par an, sont venus s’ajouter aux visiteurs provenant des paquebots qui font escale dans le port de la ville. Des norias de bus et de taxis les déversent chaque jour durant la belle saison. Théoriquement, Dubrovnik limite à 5000 le nombre d’entrées dans sa partie historique. Mais ce quota n’est pas respecté.

Groupes de Nordiques, Japonais sous des ombrelles, famille d’Anglo-Saxons, Chinois, touristes d’Europe de l’Est, quelques Français dans les musées, des Italiens… Dubrovnik démontre que la nature a horreur du vide. On se marche sur les pieds. Partout, c’est le trop-plein.

Comparez les meilleures offres de mutuelles senior (contenu sponsorisé)

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.