La sonde Rosetta a pu envoyer sur Terre une nouvelle photo de la comète Tchourioumov – Guérassimenko. Et cette fois, l'image est en couleur.

Si le robot Philae est entré dans une phase d’hibernation depuis la mi-novembre, la sonde spatiale européenne Rosetta poursuit son travail en orbite autour de "Tchouri". À l’aide du système d’imagerie Osiris, l’engin a pu photographier pour la première fois, en couleur, la comète 67P Tchourioumov – Guérassimenko, relate Le Huffington Post.

Le cliché a été publié par l’American Geophysical Union alors qu'il s’apprête à démarrer son congrès annuel à San Francisco. La comète, loin d’être grise anthracite comme se l’imaginaient les scientifiques, est de couleur "rouge poussiéreux", à l'instar de notre voisine Mars.

D'autres clichés à venir 

La photo est en réalité le résultat de trois clichés pris avec des filtres de couleurs différentes : rouge, vert et bleu. La combinaison des trois donne ensuite cette couleur particulière. La comète et Rosetta se déplaçant à grande vitesse (55 000 km/h), l’image manque cependant de netteté.

Publicité
Comme le rapporte Le Huffington Post, l’Agence spatiale européenne a d’ores et déjà annoncé que d’autres clichés, à des résolutions plus hautes, seraient publiés à partir du 18 décembre.

 Vidéo sur le même thème - La sonde Rosetta a fait six milliards de kilomètres pour rencontrer cette comète 


En imagesMission Rosetta : l'atterrissage en images

Objectif 67P Churyunov-Gerasimenko

Rosetta a quitté la Terre le 2 mars 2004. Elle a atteint 67P Churyunov-Gerasimenko, plus familièrement appelée "Tchouri", le 6 août dernier avant d’entamer une mise en orbite qui a abouti le 10 septembre. Pour suivre l’atterrissage sur la comète, c’est ici.

Photo du site Agilkia prise à 30,5 kilomètres

Le site d’atterrissage se dénomme Agilkia. Il s’agit d’une ellipse de 900 mètres de long sur près de 600 de large, rapporte le Centre national d'études spatiales (CNES). Ce site a été choisi car il présente toutes les composantes nécessaires à l’examen de la comète par Philae. Il est relativement plat (pour l’atterrissage), exposé à la lumière du...

67P/T-G se trouve à plus de 700 000 000 kilomètre du Soleil

Selon 20minutes, les scientifiques espèrent que la mission pourra durer six mois. En effet, passé cette période, la comète devrait se rapprocher considérablement du Soleil, faisant fondre du même coup les composantes électroniques de Philae. Pour suivre l’atterrissage sur la comète, c’est ici.

De glace et de pousière

67P Churyunov-Gerasimenko a une température de surface avoisinant les -40 à -70 °C. La comète a une densité beaucoup plus faible que la Terre (400 kg/m3), car creuse. elle est essentiellement composée de poussière et de glace. Pour suivre l’atterrissage sur la comète, c’est ici.

28 minutes, le temps de recevoir une transmission

Compte tenu du délai de transmission entre les sondes et la Terre qui est de 28 minutes, la confirmation de la séparation de deux sondes a été faite sur les coups de 10h03. De même, sept heures séparent le largage de l’atterrissage. La confirmation de la réussite de cette étape se déroulera vers 17 heures (à un quart d’heure près). Pour suivre l’atte...

Ordre de grandeur : la comète au-dessus de Paris

Pour suivre l’atterrissage sur la comète, c’est ici.

Autres diaporamas

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité