© CC/Flickr / Julien / Illustration

"Il y a belle lurette !"

Publicité

"Il y a belle lurette qu’ils ne se parlent plus !" disait grand-mère d’un couple de voisins, fâchés depuis des lunes. Cette belle lurette-là est bien antérieure à celle dont Marcel Gottlieb fit la fiancée de Gai-Luron, son personnage de bande dessinée. On trouve déjà une Belle Lurette, personnage d’une opérette éponyme de Jacques Offenbach représentée en 1880 au théâtre de la Renaissance, peu de temps après la mort du compositeur.

Publicité

Dans il y a belle lurette, belle lurette est une déformation de "belle hurette", altération régionale de "belle heurette", comprenons "belle petite heure". L’expression est donc un euphémisme puisqu’elle signifie "fort longtemps". Elle apparaît en 1841 dans Un monsieur et une dame, comédie-vaudeville de Xavier, Duvert et Lauzanne : "Et prêt à partir avec mon nourrisson qui l’a retenu il y a belle lurette !" (Scène X.) On trouve, dans le département de l’Yonne, la forme contractée bellurette.