Voici les points à vérifier pour éviter une sortie de route financière. 
©Getty Images

Votre voisin roule toujours dans la dernière voiture à la mode ? C’est peut-être parce qu’il a opté pour la location avec option d’achat (LOA). Son principe consiste à louer une voiture sur une période allant de 2 à 5 ans en se réservant la possibilité de l’acheter à un prix fixé dès le départ en fin de bail. Si le locataire n’exerce pas cette option, il restitue le véhicule au loueur et peut éventuellement souscrire à une nouvelle offre pour s’installer au volant d’un véhicule dernier cri.

Avec cette formule, le locataire n’est pas propriétaire du véhicule : c'est le financeur qui l’acquiert pour son compte. Toutefois, le paiement de la carte grise est à la charge du locataire. 

Quelle somme faut-il verser à la conclusion du contrat ?

Certaines publicités affirment qu’un contrat de LOA ne nécessite pas d’apport personnel. Elles jouent sur les mots. Car, si le locataire du véhicule ne verse pas d’acompte, il doit payer un premier loyer "majoré" ou bien déposer un dépôt de garantie représentant environ 15% du prix du véhicule. Ce dépôt ne produit pas d’intérêt. Il est restitué à la fin de location ou déduit du prix d’achat du véhicule si celui-ci est gardé.

Juridiquement, la LOA s’apparente à un crédit à la consommation. Toutefois, le loueur n’est pas tenu de préciser le Taux Effectif Global (TEG) conditionnant le niveau des mensualités. Autant demander ce TEG, puis le comparer avec celui d’un crédit conventionnel pour s’assurer que l’effort demandé reste dans la norme.