Avec ses 4 roues motrices, la Gallardo devient bestiale en passant à la propulsion. Mais face à la Ferrari 458, nouvel étalon des supersportives, la confrontation vire à la correction pour la vieillissante Lamborghini. Planet.fr débriefe les plus et les moins de ces deux modèles.
© Bertrand Debeuret/ Autodéclics

Duel de bolides

1/5
Duel de bolides

8 ans, l'âge de raison ? Dans le petit monde des supercars, c'est plutôt celui de la retraite. Et elle n'est plus très loin pour la Gallardo, la "petite" Lambo qui a remis sur les rails la firme de Sant 'Agata Bolognese sous l'égide de Audi. En 2003, ce taurillon élevé au Riesling bataillait avec la F360 Modena... Deux générations de berlinettes Ferrari plus tard, la Gallardo est toujours là. C'est dire si la relève se fait attendre ! Cette dernière, que d'aucuns nomment déjà Cabrera, est attendue pour 2012. D'ici là, nul doute que la Gallardo aura continué à se décliner à un rythme effréné pour rester dans le coup, comme elle le fait depuis ses débuts. Pas moins de 14 variantes et séries spéciales ont ainsi ponctué sa longue carrière, de l'incontournable Spyder plébiscitée par la Jet Set aux radicales LP570-4 Superleggera et Spyder Performante, en passant par la superficielle série Bicolore du dernier salon du Qatar...

Rigueur contre avant-garde

2/5
Rigueur contre avant-garde


Parmi les plus récentes, l'édition limitée 550-2 Valentino Balboni n'est pas la plus anodine. D'abord parce qu'elle marque le retour de la propulsion chez Lamborghini, solution écartée depuis par la Diablo SV de 1995 au profit exclusif de la traction intégrale. Mais aussi parce qu'elle rend hommage, une fois n'est pas coutume, à un homme de l'ombre, le pilote d'essai historique de la firme transalpine. Celui-ci a peaufiné dans les moindres détails ce modèle étudié à titre expérimental, avant d'apprendre qu'il serait finalement produit en petite série... et qu'il porterait son nom. Et ce pour lui rendre hommage au moment de son départ à la retraite après 41 ans de bons et loyaux services. Belle mentalité !

Torrides

3/5
Torrides


Ces analogies mécaniques laissent cependant vite place à des personnalités bien distinctes. Très classique, voire un brin austère, la planche de bord de la Gallardo fait montre d'une rigueur toute germanique, à peine égayée par les tons clairs de cette série spéciale et les commandes à basculeur de la console. Les équipements sont pour la plupart issus des berlines Audi (navigation, climatisation, ordinateur de bord...), et le combiné d'instrumentation sans "chichi" se distingue avant tout par sa lisibilité. Bref, la déco commence à dater, mais la qualité de fabrication, point fort des Lamborghini modernes, demeure excellente.

L'une enivre, l'autre intimide

4/5
L'une enivre, l'autre intimide


Chez Ferrari, on vit au contraire avec son époque, voire avec la suivante... Digne d'un vaisseau spatial, le cockpit de l'Italia surprend, au même titre que son volant truffé de commandes en tout genre. La 458 tente en effet le pari du "zéro commodo", regroupant les clignotants, essuie-glaces, appel de phares, bouton de démarrage et réglages mécaniques sur ce cerceau à rendre jaloux Fernando Alonso... De quoi se mélanger les pinceaux dans la circulation, mais nous ne quitterons heureusement pas notre circuit pour ce duel. Précisons que l'Italia n'a pas lésiné sur la taille des palettes (mobiles) de sa boîte de vitesse. A l'inverse, celles de la Gallardo s'avèrent beaucoup trop petites et ne suivent pas les mouvements du volant. Il est difficile de les retrouver en virage.

400 000 euros à elles deux

5/5


L'atmosphère n'est pas moins fascinante dans la Gallardo. Mais d'emblée, celle-ci en demande plus à son conducteur. Moins docile, plus lourde de direction et infligeant une rétrovision désastreuse (la caméra de recul est heureusement fournie de série), la VB met moins à l'aise dans les manœuvres. Avec 3 réglages prédéfinis (Auto, Sport, Corsa) contre 5 pour sa rivale, elle se montre aussi moins polyvalente et fait plus volontiers preuve de brutalité. Ainsi à pleine charge, la poussée velue du V10 et ses rugissements de fauve affamé affolent le palpitant, au même titre que les violentes ruptures de charge à chaque changement de rapport. Plutôt que lisser ces derniers comme le fait l'Italia, sa boîte 6 robotisée préfère en effet les souligner d'un franc coup de pied aux fesses.

Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 !